Accueil > Musique > 2016 > Róisín Murphy - Take Her Up To Monto

Róisín Murphy - Take Her Up To Monto

vendredi 5 août 2016, par Marc


Dans un monde normal, la musique de Róisín Murphy devrait me laisser froid au mieux. House chantée, molasse et alambiquée, ce n’est pas exactement ce qui me passionne. Pourtant, il y a avec l’Irlandaise une connivence immédiate, qui ne m’a quitté que le temps d’Overpowered. Et si on est étonnés de la retrouver aussi vite après le très réussi Hairless Toys de l’an passé, c’est parce que les deux albums puisent leur substance dans la même session de 5 semaines avec le producteur Eddie Stevens.

Comme souvent chez elle, la pochette intrigue, et le WTF est toujours de mise. Le titre quant à lui est tiré d’une chanson irlandaise popularisée par les Dubliners. On est donc en terrain connu, c’est-à-dire toujours légèrement surpris. Et musicalement, les chosent partent bien fort avec Mastermind. On retrouve une tension, une section rythmique bien solide, une verve qui en font d’emblée le meilleur morceau de l’album.

Mais on ne tardera pas à voir que cet album n’est pas le pendant nerveux de son prédécesseur. En effet, la diva post-disco brouille les pistes, sème le doute. Son sens de l’humour déviant l’emmène en effet du côté du cabaret déviant (Pretty Gardens, fascinant malgré un aspect bien vaporeux), de la pop ensoleillée avec Lip Service qui peut reposer sur une mélodie au top pour emballer un air de bossa qui lui convient de façon surprenante.

Ces morceaux sont donc étrangement variés et riches, perpétuellement mouvants. Ce ne sont pas de brusques soubresauts confinant au collage comme chez Of Montreal mais une évolution subtile qui nous emmène ailleurs malgré nous. C’est évidemment quand elle joue de cette rupture que cet album est le meilleur. Quand elle emballe Ten Miles High en reprenant quelques gimmicks à son ancien groupe Moloko (le vocoder) par exemple, ou quand une dose massive de mélancolie est injectée à la seconde partie de Thoughts Wasted, avec sa voix en mode grave mais toujours évocatrice.

A l’opposé, l’attention peine à se fixer sur les contours flous de Nervous Sleep. Mais l’inventivité est une attitude, et plutôt que détourner l’attention le temps d’un morceau direct, elle préfère prendre la tangente. On trouve donc Róisín Murphy exactement où on l’attendait, c’est-à-dire poussant ses explorations de ce qui doit suivre la musique disco ou house. Plus aventureux que son premier volet Hairless Toys, cet album-ci est un carnet de voyage parfois âpre mais souvent gratifiant.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)