Accueil > Musique > 2016 > Uniform Motion - 5

Uniform Motion - 5

mardi 16 août 2016, par Marc


Dans les concours canins, on récompense les candidats en fonction de leur capacité à remplir les critères d’excellence de leur race. En musique, il ne serait pas inutile d’utiliser les mêmes critères, histoire de ne pas mettre sur le même pied, disons, un album de reggae ou de metal. Notons qu’une des principales limitations de ce système est qu’on passe à côté d’une des plus passionnantes sources de plaisir, à savoir la savante hybridation, le plaisir de l’inattendu.

On a un peu les deux ici pourtant, avec un style très pur et un groupe qu’on découvre. Pourtant, le quintette franco-anglais sort son cinquième album. Très imprégné de son éthique DIY , très conscient des enjeux économiques et artistiques d’une période charnière de l’industrie musicale, il présente un album très cohérent qui reprend plein de choses qu’on a aimé et aime encore.

Le très bon premier morceau qui sert de carte de visite à cet album ne laisse pas trop de doute, on est dans de l’indie pur jus. Plus proche des canons canadiens et de certains terroirs américains (Brooklyn, Portland…), il n’oublie pas qu’un bon album ne peut être fait que de bonnes chansons. Dans les cousinages qui vont vous mettre à l’aise, on peut penser à de lointains amis de Rural Alberta Advantage. On en retrouve le coup de batterie franc et léger qui articule l’ensemble, la voix éraillée ne faisant cependant pas partie de leur attirail. Par contre, ils ne reculent pas devant un peu de distorsion sur un I Don’t Know You qui propose aussi une belle remontée. Mais ils ne dépassent pas un certain seuil, pas d’embrasement final de type post-rock en vue.

On pense aussi aux moments plus intimes de King Creosote ou à un genre de Girls In Hawai première époque qui chanterait proprement en anglais (I Don’t Know a Thing). Pour réussir ce genre de chose, il faut subtilement doser la mélancolie et l’énergie, ce qu’ils font avec une voix un rien plaintive, une batterie toujours présente, une mélodie limpide et un petit orgue en fond. Il y a tout ça sur My Ride With The Enemy et la mélancolie des claviers permet de belles choses tristes comme The Dawn That Hit The Summit qui peut compter sur un chorus en accords mineurs tout-à fait délicieux. Ces chorus pouvant d’ailleurs être en liberté (The White Shirt) et nous rappeler pourquoi on aime The Notwist (Walk Away).

Si on suppose que le public qui avait succombé à tout ce qu’on vient de citer existe encore, il aurait tout intérêt à se pencher sur le cas de ce groupe. Impeccable selon les standards d’un style bien défini, ils arrivent à créer les morceaux qui entérinent leurs ambitions.

http://uniformmotion.net/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Bazooka - Κάπου Αλλού (Kapou Allou)

    Non, la source d’artistes grecs ne s’est pas tarie, elle a même l’air de reprendre. On l’avoue, l’envie de s’enquiller un album en Grec n’est pas la proposition la plus sexy sur le papier. Si vous avez ce genre de réticence, sachez que vous pouvez l’oublier, elle disparaitra sans doute après quelques secondes.
    Bazooka pratique donc sa langue, mais pour être complètement honnêtes, c’est carrément secondaire. On ne se lance jamais dans l’exégèse d’artistes anglophones de toute façon. Ce qu’on entend (...)

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)