Accueil > Musique > 2005 > Clap Your Hands Say Yeah : Clap Your Hands Say Yeah

Clap Your Hands Say Yeah : Clap Your Hands Say Yeah

dimanche 13 août 2006, par Marc


Non, le formatage du retour des années ’80 n’est pas une fatalité. Malgré un fort joli nom évoquant la futilité (réjouissant et cornichon), Clap your hands say yeah m’a enchanté. Et il va vous enchanter aussi
Dès l’introduction, vous serez plongés dans un univers étrange, comme une foire mégaphonée, avec ce refrain post-Hippie, l’orgue malade et la grosse caisse de fanfare. Si le but d’un premier morceau est d’intriguer et de susciter la curiosité, on peut dire que c’est gagné...

Essai transformé dès le second morceau d’une intensité rare, par le délire instrumental qui semble directement sorti de Sister Ray du Velvet underground (vous penserez aussi au légendaire combo de New-York pour Details of the war). Eh oui, rien que ça, et en trois minutes.
La voix est assez haut perchée et amènera à elle seule pas mal d’émotion (Details of the war), même en répétant la même phrase (Upon this tidal wave of young blood). Décidément, sale temps pour les jolies voix d’opéra.

Les influences ne seront pas faciles à trouver, ce qui est souvent bon signe. Quand la voix sera moins nasillarde, on dirait clairement David Byrne, surtout quand la mélodie semble piquée à ses Talking Heads (Over and Over again (Lost and Found)).

Mais un moment, vous en arriverez au terrible The skin of my yellow country teeth. Une basse new-orderienne, une voix qui vit sa vie, une batterie qui cogne. On va danser là-dessus si les DJ’s se montrent à la hauteur de l’attente, avec en prime ce petit riff en bend qui devrait être ridicule mais qui ne le sera pas.

Pour ceux à qui ça évoquera quelque chose, on dirait parfois certains morceaux de Essex green comme The Great Casiopea (Heavy Metal le mal nommé).

Parfois, c’est un orgue vaporeux qui prendra le contrôle (In this home on ice) et vous songerez alors à My Bloody Valentine ou Delicatessen. Avec même une guitare Curesque en prime. Une influence qu’on pourra retrouver sur d’autres morceaux, plus dans la façon de trousser une mélodie (celle de l’orgue de Upon the Tidal wave of young blood) et construire un morceau qu’une façon de poser la voix. Ce sera de toute façon trop enjoué pour pour jouer les corbeaux.

Un gros son, ample et chaud, humain et artisanal. Assez personnel en tous cas. C’est ce qui rendra cet album si attachant, et au final si addictif. C’est par petites touches qu’on retrouvera les influences et non dans la décalque comme on l’a trop entendu de ces temps-ci.

Dans les tous bons albums de cette année, sans aucun doute, de par l’originalité manifeste. Un peu comme si Arcade Fire reprenait du Talking heads, ou si Tom Vek montait d’une octave et jouait avec une fanfare. J’espère qu’au moment de terminer cet album, vous penserez à tous ceux à qui cet album à dispensé du plaisir. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Bon, voilà, 200eme articles transférés depuis notre ancien site !
    Avantage à Marc pour le moment dans le nombre de critiques recopiées.
    Nous reste le gros morceau de 2005-2006 !

    Enfin, tout ça pour également inaugurer le forum et inviter tous ceux qui nous liront à nous laisser un petit coucou et à nous donner leur impressions sur nouveau site.

    repondre message

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)