Accueil > Musique > 2016 > Miossec - Mammifères

Miossec - Mammifères

lundi 5 septembre 2016, par Marc


Tout le monde change. Miossec change et nous aussi. On a depuis longtemps compris qu’il ne se complairait pas dans la pose du rebelle alcoolisé mais repentant. Ce n’est pas une trahison, jouer ce rôle serait pathétique, une sorte d’Indochine de la bibine. On nous l’a fait tellement souvent, le coup du Miossec apaisé, que c’est devenu une évidence, un fait avéré. Et puis petit à petit, album après album, c’est une sacrée discographie qu’il se constitue.

Son entrain est maintenant différent, a un autre but que l’imprécation. Evidemment, c’est moins propice au hurlement éthylique qu’ « elle n’était même pas belle/Elle était même un peu conne"etc…) mais On y Va donne le ton de bien belle façon, vers l’avant, vers le futur.Il y avait de la bravade sur ses premiers albums, une envie de beugler son dégoût dans une pulsion vitale mais il faut être honnête aussi, ça ne nous manque pas, parce qu’on a changé autant que lui. Le Roi semble retrouver la veine de la déchéance en quête de rédemption, mais le ton est plus distancié, on est au calme, pas à la sortie du café.

La Vie Vole est tout de même une chanson presque optimiste, et Après Nous Les Mouches une chanson dont la rage contenue fait mouche. On trouve évidemment quelques-unes de ses marottes comme l’animalité de l’être humain. Et puis il n’a pas son pareil pour calmer le jeu, jouer d’une intimité non feinte sur le très beau La Nuit Est Bleue.

En concert, il est accompagné d’un excellent groupe, et c’est sans doute celui qu’on retrouve ici, et ils arrivent à donner à chaque fois une coloration différente. Un peu d’accordéon, des chœurs, du violon font de ce Mammifères un bel objet nullement passéiste, qui semble taillé pour résister au temps. Les deux premiers albums secs sous la houlette de Guillaume Jouant (ce qui collait parfaitement au propos) semblent un peu loin maintenant. Ce qui nous vaut quelques moments de bravoure comme la fin de L’Innocence et un joli Cascadeur. Bon, il y a une chanson sur son père qui fait écho à celle sur sa mère (voire à celle sur son fils). Je crois qu’on est au complet, là.

On se sent vieillir et grandir avec les albums de Miossec. On a suivi des chemins parallèles, fort éloignés en somme mais on n’a jamais voulu prendre assez de distance pour perdre cet artiste essentiel de vue.

http://www.christophemiossec.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Olivier Savaresse – l’Oiseau Bleu

    L’exotisme est une notion relative. Ce qui l’est pour nous ne l’est pas pour tous. Et puis après un moment, une destination exotique devient familière. Les références extérieures s’estompent donc avec ce quatrième album dont on vous parle. Exit donc les rapprochements avec Gainsbourg, les points de comparaison sont maintenant à aller chercher au sein de sa propre discographie. Parce qu’album après album, c’est un univers qu’Olivier Savaresse a développé.
    La sensation de voyage est toujours là et cette (...)

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)

  • Kloé Lang - Aimez-Moi

    Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.
    On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort (...)