Accueil > Musique > 2016 > Miossec - Mammifères

Miossec - Mammifères

lundi 5 septembre 2016, par Marc


Tout le monde change. Miossec change et nous aussi. On a depuis longtemps compris qu’il ne se complairait pas dans la pose du rebelle alcoolisé mais repentant. Ce n’est pas une trahison, jouer ce rôle serait pathétique, une sorte d’Indochine de la bibine. On nous l’a fait tellement souvent, le coup du Miossec apaisé, que c’est devenu une évidence, un fait avéré. Et puis petit à petit, album après album, c’est une sacrée discographie qu’il se constitue.

Son entrain est maintenant différent, a un autre but que l’imprécation. Evidemment, c’est moins propice au hurlement éthylique qu’ « elle n’était même pas belle/Elle était même un peu conne"etc…) mais On y Va donne le ton de bien belle façon, vers l’avant, vers le futur.Il y avait de la bravade sur ses premiers albums, une envie de beugler son dégoût dans une pulsion vitale mais il faut être honnête aussi, ça ne nous manque pas, parce qu’on a changé autant que lui. Le Roi semble retrouver la veine de la déchéance en quête de rédemption, mais le ton est plus distancié, on est au calme, pas à la sortie du café.

La Vie Vole est tout de même une chanson presque optimiste, et Après Nous Les Mouches une chanson dont la rage contenue fait mouche. On trouve évidemment quelques-unes de ses marottes comme l’animalité de l’être humain. Et puis il n’a pas son pareil pour calmer le jeu, jouer d’une intimité non feinte sur le très beau La Nuit Est Bleue.

En concert, il est accompagné d’un excellent groupe, et c’est sans doute celui qu’on retrouve ici, et ils arrivent à donner à chaque fois une coloration différente. Un peu d’accordéon, des chœurs, du violon font de ce Mammifères un bel objet nullement passéiste, qui semble taillé pour résister au temps. Les deux premiers albums secs sous la houlette de Guillaume Jouant (ce qui collait parfaitement au propos) semblent un peu loin maintenant. Ce qui nous vaut quelques moments de bravoure comme la fin de L’Innocence et un joli Cascadeur. Bon, il y a une chanson sur son père qui fait écho à celle sur sa mère (voire à celle sur son fils). Je crois qu’on est au complet, là.

On se sent vieillir et grandir avec les albums de Miossec. On a suivi des chemins parallèles, fort éloignés en somme mais on n’a jamais voulu prendre assez de distance pour perdre cet artiste essentiel de vue.

http://www.christophemiossec.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que certains plus âgés pourront rapprocher de la période Faith de The Cure et c’est une bonne entrée en (...)

  • Vincent Delerm – Comme Une Histoire Sans Paroles / Bozar 04/11/2022

    C’est souvent la réédition d’albums que l’on croyait moins vieux qui nous fait prendre conscience du temps qui passe. Mais pour célébrer les 20 ans de la sortie de son premier album, Vincent Delerm ne s’est pas contenté d’une édition augmentée d’inédits mais d’un petit paquet comprenant un livre et des goodies (du brol en bon belge), un album de versions instrumentales et un long album de documents sonores. Ce sont ces derniers dont on va parler ici avant d’évoquer un concert récent à Bozar.
    Comme Une (...)

  • Zedrine – Arborescence

    C’est en tant que vocaliste de Dum Spiro qu’on vous avait parlé de Zedrine. Le revoici donc presque seul. On l’a déjà évoqué, la chanson française est à prendre dans un sens plus large que la tradition de Saint-Germain le voudrait. Nous sommes en 2022 et il y a une infinité de variations entre Pierre Lapointe et Maitre Gims. Ce n’est pas un jugement de valeur, juste un continuum stylistique dans lequel on aime pousser ses propres limites.
    Celles de Zedrine sont donc plus compliquées à cerner et c’est (...)

  • Gystain.N - Danser Sous Les Bombes

    On l’a déjà dit, la chance du débutant n’existe pas en critique et sortir de sa zone de confort signifie souvent sortir de sa zone de compétence. C’est pourquoi on traite peu de rap, notamment parce qu’on n’en écoute pas assez pour avoir une vision suffisamment pertinente. Mais bon, parfois un artiste d’un genre ignoré nous tape dans l’oreille, c’est juste comme ça, c’est au cas pas. Il y eut Abd-Al-Malik, lâché depuis parce qu’on ne se retrouvait pas dans son mysticisme. Sans doute par manque de (...)