Accueil > Musique > 2016 > Warhaus - We Fucked A Flame Into Being

Warhaus - We Fucked A Flame Into Being

jeudi 15 septembre 2016, par Marc


On l’a déjà dit, une belle voix ça va avec tout. Et celle de Maarten Devoldere l’est indéniablement. Le chanteur du groupe flamand Balthazar s’offre une escapade hors de son groupe de base et le résultat est forcément plus sombre et personnel.

On peut donc trouver ici un côté plus vénéneux sans chercher à se rendre trop dangereux non plus. Car si cet album présente une belle cohérence et quelques références flatteuses, il privilégie une certaine lumière ludique et une forme relativement simple.

On pense à plein de choses anciennes, Machinery est quelque part entre l’hommage à Lou Reed et Leonard Cohen. C’est moins profond que ces deux références ultimes, certes, mais le morceau dégage un spleen bien vivifiant. Du maître canadien, on retrouve le ton discret, les chœurs féminins en support systématique et un ton lassé qui donne une belle coloration à The Good Lie. C’est donc moins dans la voix de baryton que dans le ton que le rapprochement se fait.

Tant qu’on est à évoquer de vieilles gloires, il met aussi à l’occasion trop de mots pour ses phrases (Against The Rich), ce qui lui vaudra d’être comparé à Bob Dylan sur une musique qui fait la part belle à la soul hors d’âge (vous savez, celle qu’Amy Winehouse voulais réssusciter). Pour le reste, un air de léger bastringue sur I’m Not Him pourra évoquer du Tom Waits en plus léger.

Si c’est une bonne idée d’articuler Leave With Me autour d’une basse, il insère aussi quelques instrumentaux dérangés au parfum psyché sixties (Wanda). Donc Même si on déterre plein de références vintage, cet album de Maarten Devoldere dont le titre est tiré de l’Amant de Lady Chaterley n’est pas une œuvre passéiste ni même un hommage mais un album somme toute léger qui ne ressemble qu’à lui.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Van Den Bear - No Plan Survives First Contact (EP)

    On n’a pas deux fois l’occasion de faire une première impression. Fort de ce poncif, le Bruxellois Antoine Van den Berg entame son troisième EP avec fracas, comme une version (forcément) soft d’A Place To Bury Strangers, déflagrations comprises. La voix est clairement l’argument principal mais ce n’est fort heureusement pas le seul. On peut donc convoquer sans honte des références au bel organe parce que musicalement, ça soutient mieux que la comparaison avec des Sivert Hoyem et dans le genre, il faut (...)

  • Auguste Lécrivain - Noir Quart D’Heure

    Sans qu’on sache trop pourquoi ni comment, les artistes francophones deviennent plus nombreux en ces colonnes. Et logiquement, la diversité est au rendez-vous. Si on vous a parlé de ceux qui brouillent les frontières et les genres, ce jeune artiste belge se situe dans un versant résolument traditionnel. Mais n’allez pas en déduire que c’est daté, le son et les influences un peu bossa viennent logiquement relever le tout. Même s’il faut être honnête, c’est quand cette influence est la plus marquée (...)

  • Marble Sounds - Marble Sounds

    La douceur de Marble Sounds est un refuge qui ne nous a jamais déçus. Le versant moins folk de sa formation jumelle Isbells a sorti un cinquième album et la bande de Pieter Van Dessel garde la façon de rester intimes tout en étant amples et est remarquable.
    Sans surprisie, c’est toujours beau, fluide et éthéré. My Initial Intentions est même un instrumental. Et puis ils peuvent compter sur des mélodies fortes, qui peuvent se fredonner. Les morceaux restent courts mais proposent une progression (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)