Accueil > Musique > 2016 > 65 Days of Static - No Man’s Sky

65 Days of Static - No Man’s Sky

mercredi 28 septembre 2016, par Marc


On ne peut pas dire que l’engouement pour le post-rock aille croissant. Mais les groupes les plus emblématiques du genre ont sur rebondir, profitant du potentiel d’évocation du genre pour multiplier les musiques de films, les musiques de documentaire ou de séries. Pourtant, c’est encore un autre exercice auquel se livre 65 Days of Static, à savoir le jeu vidéo.

Et on peut évidemment considérer ceci comme un nouvel album de 65 Days of Static sans se soucier du cadre qui a vu sa création. D’ailleurs, le groupe de Sheffield reparte en tournée avec ce nouveau matériel sous le bras (tout comme Mogwai était parti sur les routes avec Atomic), le contraire d’un reniement donc.

La spécificité du groupe, c’est une puissance de feu qui profite d’un bel apport électronique. Alors oui, il semblait tentant de faire appel à eux pour le jeu d’exploration de nouveaux mondes dans l’espace No Man’s sky. Et on peut dire qu’ils n’ont pas déçu tout en gardant leur son.

Les guitares et les claviers n’en sont pas dénaturés. Enfin, c’est du 65dos pur jus quoi… Cette pulsation structure un Supermoon pour qu’il garde tout son suc. Pas de doute, ils n’ont vraiment pas bâclé leur travail. Il y a même quelques morceaux qui deviendront sans doute incontournables. End of the World Sun est tout de même magistral. Martèlement entêtant et guitare acérée, grosse poussée, son hénaurme, ils convoquent tout leur savoir-faire.

Ils gardent aussi une certaine subtilité, surtout que le format plus long leur permet de ne pas garder le doigt dans la prise en permanence. Dans la seconde partie de l’album on retrouve des passages plus planants, plus atmosphériques qui ne fournissant pas la même adrénaline que le reste de leur discographie. Une fois encore, il faut rappeler qu’on est dans l’illustration sonore, pas dans un album s’écoutant sans support visuel ou ludique.

On se demande tout de même à quoi pourrait ressembler l’expérience du jeu avec ça en fond sonore. Tout retour de joueurs (pas des comme moi qui bloquent au troisième niveau de Mario) est bienvenu d’ailleurs. Le fan de 65DOS ne sera ni trop déconcerté ni déçu, ce projet s’inscrivant fort logiquement et élégamment dans leur discographie.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membres de Chausse Trappe et de Papier Tigre) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. Avec une (...)

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à la fin, et de le faire en grand. Flanqués de Jean-Michel Pirès (The Married Monk, Bruit Noir), Eric (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)