Accueil > Musique > 2016 > The Veils - Total Depravity

The Veils - Total Depravity

lundi 3 octobre 2016, par Marc


Quand on découvre un album de The Veils, on ne sait pas exactement ce qui nous attend mais on sait au moins que ce ne sera pas une copie délavée de son précédent. Comme Time Stays, We go marquait un virage vers un pop-rock plus classique et linéaire mais toujours intense, on savait qu’on n’entendrait pas ça sur leur cinquième album. On savait aussi que l’intensité serait au rendez-vous.

Pour surprendre son audience sans doute un peu limitée mais vraiment fidèle, il a fait appel au producteur hip-hop El-P pour un Axolotl qui nous embarque dans ses circonvolutions inattendues. Mais le fan de base ne doit pas encore paniquer, ce n’est qu’une indication d’évolution, pas un revirement définitif. Il sera d’ailleurs définitivement rassuré dès le plus languide A Bit On The Side. Finn Andrews a donc bien compris que l’équilibre était nécessaire entre l’excitation de la nouveauté et le plaisir du connu et c’est sans doute cela qui rend l’écoute intégrale de cet album si gratifiante.

On peine pourtant à le reconnaitre en première écoute. Surtout que la voix est assez filtrée, comme mise sous l’éteignoir. Il y a dix ans, on avait déjà suivi ce groupe dans un premier virage plus sombre entre To The Runaway Found et Nux Vomica dont on retrouve la langueur sombre sur Low Lays the Devil. On sait donc qu’on va osciller entre ces deux pôles, entre l’électronique qui laisse toute la place à l’incantation de Finn et quelques éruptions sur Here Comes The Dead et de belles choses plus lascives comme In The Blood dont la densification montre une belle maitrise.

Oui, il peut aussi déclamer sur un fond presque electro le temps d’un King Of Chrome vraiment impressionnant. Ce récit redneck n’hésite pas à exploser de temps à autres et c’est délectable. Au moment où Nick Cave se calme sous les acclamations unanimes, on est tout de même contents que The Veils aime en rappeler les côtés plus expressifs (et plus enthousiasmants). Dans ce genre, Iodine & Iron est parfait avec son piano élégiaque.

Après avoir exploré les autoroutes du rock indé, les voilà de retour dans la cave pour notre plus grand plaisir. On s’éloigne donc du rock dense de Time Stays, We Go pour revenir à la façon plus sombre de Nux Vomica. Ce ne sont pas de vieux fans qui vont renâcler pour le coup…

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Editors – EBM

    Peut-être que c’est nous. Peut-être que c’est eux. Toujours est-il que des groupes qui nous ont enflammés à leurs débuts sortent sans coup férir de nos radars pour n’y plus revenir. Bloc Party, Foals, Franz Ferdinand, Archive, ils sont nombreux à être arrivés et repartis. En 19 ans de critiques, c’est sans doute logique. Editors faisait partie du contingent, on avait d’ailleurs conclu la critique du quatrième album par un au-revoir qui semblait définitif.
    C’est le nom et la pochette qui nous ont alertés. (...)

  • Foals – Life Is Yours

    Depuis un certain temps, chaque sortie de Foals suscite un peu de curiosité et on se promet de passer notre tour si ça ne nous inspire pas. Et depuis longtemps, on n’est plus séduits mais toujours assez pour formuler un avis. On avait quitté la formation anglaise sur un double album qui étrangement ne lançait pas les idées nouvelles que le format laissait espérer.
    Jamais désagréable, toujours bien propre sur soi et bien exécutée, la musique de Foals manque de plus en plus de personnalité. Ils semblent (...)

  • The Smile – A Light For Attracting Attention

    Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses musiques de film avec deux nominations aux Oscars à la clé. Mais que les deux forces vives d’une formation (...)

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)