Accueil > Musique > Concerts > Swans, Botanique, 6/10/2016

Swans, Botanique, 6/10/2016

samedi 8 octobre 2016, par Marc


Pour un retour aux concerts, on ne peut pas dire que c’était un échauffement progressif. En effet, avec Swans, on est tout de suite dans un bain brûlant.

La première partie était déjà une belle promesse. On vous a déjà dit tout le bien qu’on pensait d’Anna von Hausswolff, l’occasion était belle de voir ce que cet univers sombre donnait sur scène. Accompagnée d’un guitariste et d’un clavieriste, c’est par un standard qu’elle commence. If I Was à Carpenter est en effet un vieux morceau de Tim Hardin popularisé par Johnny et June Cash. Pour le coup, elle a la grâce aérienne d’une Marissa Nadler . Mais la suite sera différente. Je n’ai pas pu identifier les deux morceaux mais ils font la part belle à la lenteur, à l’installation, voire à la distorsion. Au moment le plus fort, on pense à une Lisa Gerrard (Dead Can Dance) accompagnée par Fuck Buttons. Une bien belle mise en bouche donc.

Si je ne me suis plongé que récemment dans la longue et dense discographie des Swans, il n’a pas fallu longtemps pour comprendre la fascination qu’ils suscitent. Leur dernier album est une grande œuvre qui intimide. Un avis sur le site du Bota nous prévenait que ça allait jouer fort. Une seule note de basse lors d’un test d’instrument nous a vite confirmé que les bouchons s’imposaient... Evidemment, on peut interroger la pertinence de pousser les son si fort que les tympans doivent être protégés mais il faut aussi dire que c’est très très impressionnant.

La présence de Michael Gira tout d’abord, chef d’orchestre incontesté et toujours à la manœuvre. Ses cinq musiciens maîtrisent aussi complètement leur sujet. La référence la plus frappante est pour moi Godspeed You Black Emperor. La même durée (2h30,ce n’est pas courant) pour 7 morceaux, le même recueillement, le même risque de soit entrer en résonance (c’était mon cas) ou de passer complètement à côté.

Mais il y a de grosses différences aussi. C’est la tension et la densité qui sont visées et atteintes ici. Ne pas tomber dans le magma sonore est un vrai exploit. Et puis ils sont en pleine lumière, avec un leader charismatique.

Ce concert aura donc des moments encore plus forts comme The Cloud of The Unknowing ou un terrifiant et magistral final The Glowing Man. Mais comme les Canadiens, on aura droit à un somptueux inédit, intitulé The Man Who Refused to Be Unhappy, sorte de krautrock âpre et sombre, noisy juste comme il faut.

Il y a plein de raisons de se réjouit d’avoir des oreilles. Assister à des expériences pareilles en est une manifeste.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)