Accueil > Critiques > 2016

Floatinghome - Dreams for Dreamers

jeudi 13 octobre 2016, par marc


Si vous n’avez pas encore entendu parler de Floatinghome, il est cependant probable que vous vous souveniez d’Aidan ou même Aidan and The Italian Weather Ladies. Par un étrange tour de passe-passe du cerveau humain, il semble que ces noms compliqués soient les plus faciles à retenir.

Le retour sous un autre nom ne change cependant pas fondamentalement la donne. On pense toujours à d’autres orfèvres du genre comme Villagers. Comme l’album précédent, il faut du temps pour l’appréhender, comme c’est souvent le cas pour ces musiques fouillées mais légères. De plus, l’engagement est tellement grand qu’après quelques écoutes, la notion même de discrétion disparaît.

Ce qu’on attend d’un second album, à savoir que le style s’affirme, s’il le faut au détriment de l’éclectisme des débuts. Et c’est ce qu’on a ici. Folk-soul, c’est sans doute ce qui convient le mieux à cette musique. Folk parce qu’elle fait la part belle à de l’acoustique. Soul, un peu, parce que l’engagement est supérieur au chant souvent feutré du genre.

Et ce n’est toujours pas une énième production de Portland, Oregon, mais d’un Irlandais installé chez nous. Un vrai anglophone, ça fait une vraie différence et sa voix se prête bien à l’exercice, douce par moments mais pouvant pousser aussi.

On attend donc qu’ils sortent de leur coquille et c’est dans ces moments-là qu’ils donnent leur meilleur. Par exemple quand Lila In My Arms grandit au fur et à mesure de sa progression, quand le relevé Please Sir se densifie, quand l’engagement est total sur Believe. Ces moments-là valent donc le détour, comme Generation Y qui commence plus fort et s’installe ou Dreaming Her Skin qui attend un peu avant de monter.

Encore une fois, il faut un peu de temps pour que tout percole, pour que la richesse se révèle. Mais cette relative discrétion empêche l’excès d’emphase, ces arrangements luxuriants finissent toujours par émerger. Espérons donc une bonne diffusion à cet album sincère et engageant puisque comme il le dit :

Still young enough to know that
colour makes no difference
But not yet old enough to know that
words are as strong as the reaction they get

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Asia – Le Temps d’Aller Mieux (EP)

    A l’époque d’un premier album aux teintes folk en anglais qui nous avait beaucoup plu, quelques morceaux sortis discrètement (ou pas officiellement) avaient ouvert la voie vers la langue maternelle de la jeune Bruxelloise. On en avait brièvement parléd’ailleurs, manifestant une curiosité certaine. Le résultat est maintenant là, et on peut déjà dire qu’il plait aussi.
    Comme souvent, le changement de (...)

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

    Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.
    On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)