Accueil > Musique > 2016 > Archive - The False Foundation

Archive - The False Foundation

lundi 17 octobre 2016, par Marc


Pour un groupe qui a une si forte marque et un procédé de fabrication aussi connu, il est étonnant de voir à quel point les résultats peuvent être disparates. Ce qui ajoute du piment à la découverte d’un nouvel album d’Archive il faut bien le dire.

Blue Faces est un tout simple morceau piano/voix, soit un début en mode mineur pour un album plus ample par ailleurs. Leur veine plus ample et électronique revient dès Driving in Nails. Non, ils ne se sont pas transformés en paroliers inspirés (ni même pertinents d’ailleurs), et on peut y voir une version light de Nine Inch Nails si vous aimez ça

Ce n’est donc pas une mauvaise idée de jouer sur la vitesse, laquelle permet à The Pull Out de se maintenir debout. Mais bon, cette ferveur robotique manque de la moindre fièvre. C’est Archive quoi, n’en attendons pas de charmes capiteux. Reconnaissons cependant que The False Foundation ne sent pas trop le revival eighties, ce qui est bien reposant à l’heure actuelle. Il faut attendre la seconde partie pour qu’un peu de densité vienne relancer l’enjeu.

Pour ceux qui ont eu des émotions trop fortes avec ça, ils calment le jeu avec Bright Lights. Ce n’est pas un secret, Archive, ça marche sur un certain équilibre, sur un état de grâce qu’ils retrouvent de temps en temps. Pour le reste, c’est de l’electro pour ceux qui n’en écoutent pas souvent (et ce n’est nullement dépréciatif), du Pink Floyd décalé. Les possibilités en electro sont immenses et semblent assez sous-exploitées ici. Moderat est le premier exemple qui me vient en tête mais il y en a des dizaines d’autres.

Mais ils connaissent leur métier, savent comment jouer de l’alternance pour ne pas lasser, ne jouent plus de ficelles désuètes (les rappeurs invités). Ce qui est bien avec Archive, c’est que les intentions sont claires. La mise en place est toujours cohérente avec ces envies. La réalisation est évidemment variable et dépend des talents en présence. C’est surtout flagrant sur les voix. S’ils jouent d’harmonies vocales sur A Thousand Thoughts ces voix ne sont peut-être pas assez émouvantes en l’état pour les laisser livrées à elles-mêmes. Ils se lancent même dans un hymne en chœur avec Sell Out et bon, on ne peut que saluer leur envie d’essayer des choses, de lorgner sur des plates-bandes défendues par des gens plus ferrés qu’eux.

On a depuis longtemps compris que le qualificatif le plus enthousiaste qu’on puisse utiliser dans le cas, c’est ‘agréable’ de toute façon. Ne faisons pas semblant d’en attendre énormément non plus. Une fois cette hypothèse posée, cet album se situe dans leur moyenne, sans scorie ni moment de grâce.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Archive - The False Foundation 18 octobre 2016 11:59, par Laurent

    C’est tellement ça ! Très bien résumé, Marc. Je dirais pour ma part que le plaisir est beaucoup plus long en bouche que sur les deux albums précédents, mais en effet, je n’attends plus grand-chose des sorties discographiques d’Archive, groupe qui continue heureusement de faire son petit (gros) effet sur scène.

    repondre message

  • The Smile – A Light For Attracting Attention

    Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses musiques de film avec deux nominations aux Oscars à la clé. Mais que les deux forces vives d’une formation (...)

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • Squid - Bright Green Fields

    Il est des groupes qu’on voit venir dès les premiers morceaux lâchés au fil de leur Bandcamp. Mais on attend souvent l’album pour voir si les raisons de s’enflammer sont légitimes. Dans le cas des remuants Squid, elles le sont. On retrouve d’emblée une morgue très british, un constat social narquois mêlée à une distanciation et une diction qu’on apprécie chez beaucoup de leurs compatriotes, Art Brut en tête.
    Ce n’est pourtant pas l’ambiance potache qui prime ici, on fait plutôt dans le groove lourd et (...)