Accueil > Musique > 2016 > Piano Club - Fantasy Walk

Piano Club - Fantasy Walk

lundi 24 octobre 2016, par Marc


On connaissait évidemment Piano Club, le versant pop d’un collectif liégeois Jaune Orange qui a depuis bien diversifié ses sorties. Le groupe d’Anthony Sinatra a toujours fait montre d’une volonté plus pop, surtout par rapport à ses formations proches Hollywood Porn Stars et My Little Cheap Dictaphone. Après deux albums bien reçus et qui montraient une progression certaine, ils prennent ici plusieurs tailles d’un coup. Notamment parce qu’après le dance-rock, ils assument leurs envies et les abordent avec une plus grosse patate.

Splash place d’emblée le contexte et ne laisse que peu de doute. La basse est ronde et électronique et constitue une belle rampe de lancement au plus discoïde Comets qu’on connaissait déjà. C’est évidemment assez flashy et devrait constituer un bon moment en concert.

Evidemment, comme ils s’assument et s’engagent à fond, tout le monde tracera sa ligne rouge et décidera de ce qui la traverse. Christine a tout de même un parfum des années ’80, comme s’il était impossible de faire de la pop synthétique sans y ressembler. Les chœurs sont assez sucrés mais c’est parfaitement dans l’ambiance, même si on conçoit que c’est un peu trop connoté pour plaire à tout le monde. Pareil pour la mélodie un peu trop gentille de Houdini’s Challenge. Il faut la folie dure d’un Of Montreal pour s’en sortir (et encore, pas toujours…).

Mais ce ne sont que des pinaillages de détail. Pour que ça marche en plein, il faut donc que ça se trémousse et c’est ce qui se passe sur 16th Floor, avec une déclamation qui sent aussi la fin des seventies et des chœurs qui fleurent bon l’aérobic. Il y a d’autres raisons de gigoter comme The Walk qui est tout de suite familier et nous donne une idée de ce que ferait Paul Simon s’il était soudain frappé par la fièvre du samedi soir.

Esther est un de ces morceaux tristounes et solides à la fois qui rendent l’écoute de l’album en entier non seulement envisageable mais conseillée. Vu le style pratiqué, surtout boosté par des singles catchy, ce n’est pas anodin. Pareil pour Crocodiles qui aurait pu se trouver dans une version moins chargée d’amphétamines sur un de leurs deux premiers albums.

Sans doute que pour mettre toutes les chances de votre côté, la consommation d’un petit mojito peut aider à se laisser aller. Une fois l’était requis atteint, Piano Club est maintenant en position de prendre le reste en charge, c’est-à-dire produire la bande-son d’une fête très connotée eighties mais livrée avec suffisamment de peps et d’écriture pour que l’expérience soit gratifiante.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)