Accueil > Musique > 2016 > Mono - Requiem for Hell

Mono - Requiem for Hell

jeudi 24 novembre 2016, par Marc


Le plaisir n’a pas besoin d’être bien compliqué. Et ce qu’on attend de la formation japonaise Mono, ce sont justement des plaisirs simples et intenses produits d’une personnalité bien marquée. Si vu de loin le post-rock peut apparaître comme uniforme, il est impossible de confondre cette formation avec une autre. Et pour l’amateur, leur dernière livraison ne pourra pas décevoir.

Cette fois, Mono a puisé son inspiration dans l’Enfer de Dante. Rien que ça, certes, mais leur goût prononcé pour l’emphase peut s’accommoder d’un thème aussi ambitieux. On parle tout de même de musique instrumentale, donc le thème n’est pas vraiment primordial de toute façon.

Ils renouent aussi avec Steve Albini comme producteur et on note un retour marqué des cordes, lui qui avait officié pour la dernière fois sur le toujours très conseillé Hymn To The Immortal Wind.

Dès l’entame de l’album, Death In Rebirth remonte sur une structure sonore bien dense, une progression d’accords bien définie. Ce sont est cette fausse répétition, ces guitares qui suivent bien l’orthodoxie shoegaze qui nous reconnectent avec une efficacité certaine, un mur du son qui peut se révéler infranchissable. Stellar qui suit se pose en morceau de transition, avec cordes et cloches. Les morceaux sont longs, déjà, mais leur agencement propose une progression.

Ce sont évidemment les 18 minutes de la plage titulaire qu’on retiendra en priorité. Comme prévu, ce long morceau n’en finit pas de finir, de repartir et de se désintégrer dans un chaos presque complet. De brusques démarrages, des passages pavés, de longues côtes, des descentes défoulatoires, il y a un peu de tout sur ce parcours montagneux. Ely’s Heartbeat est basé sur un son d’échographie. Difficile de faire plus intime même si le résultat est on ne peut plus classique.

Les violons peu modestes sont de retour sur The Last Scene qui clôture assez logiquement cet album qui ravira les amateurs. Cet album cohérent et compact, moins spectaculaire et symphonique que certaines de leurs productions se pose en digne successeur et apportera de la satisfaction à défaut de surprise.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shadow Universe - Subtle Realms Subtle Worlds

    La Slovénie n’est pas seulement la terre d’élection de certains des meilleurs cyclistes de l’époque, elle est aussi le terreau de formations de post-rock. C’est ce que nous apprend cette sortie du label Monotreme en tous cas. L’auditeur sans doute connaisseur rencontrera de belles densités dès le premier morceau. On pense forcément à Mono (la grandeur d’Organism), mais les sons peuvent se faire plus métalliques, renvoyant à des choses comme Russian Circles. Le post-rock reste bien le royaume des (...)

  • Bank Myna - Volaverunt

    Les influences revendiquées par la formation parisienne Bank Myna font dans une certaine lourdeur (GYBE !, Anna von Hausswolff, Swans). Annonçons-le d’emblée, cette promesse ne sera pas complètement réalisée, et ce n’est vraiment pas un problème, au contraire même. Notamment parce qu’on trouve une variété de climats qui rendent l’écoute plus gratifiante, à envisager comme un tout.
    Le premier morceau est d’ailleurs une mise en bouche pour installer cette lourdeur. Laquelle sera tempérée par un chant (...)

  • MULO MUTO and BLACK/LAVA - Worlds Corroding Under Xenomorphs’ (...)

    Aujourd’hui on vous présente un album collaboratif entre le duo suisse post-industriel MULO MUTO et le duo électronique italien BLACK/LAVA. Le contexte, c’est l’invasion des extra-terrestres, frustrés de nous voir si nuls. On ne va pas dire que cette trame narrative est très transparente à l’écoute de l’album mais c’est évidemment secondaire. C’était sans doute nécessaire pour faire progresser le projet dans une direction. On sent d’emblée que ce n’est pas une relecture de la Mélodie du Bonheur et on peut (...)

  • Cecilia::Eyes - Sore Memories Always End

    L’évolution est une notion compliquée à adopter pour un artiste. Il faut la découpler de celle du progrès d’ailleurs. Après sept ans d’absence discographique, l’envie est sans doute grande de reprendre les choses où elles en étaient, mais pas tout-à-fait. Ce qui est manifeste aussi, c’est que la formation hennuyère avait des choses à dire puisque cet album a une durée qui devient inhabituelle (75 minutes).
    Il y avait déjà eu des voix sur des versions alternatives de leurs titres et on sentait à l’époque (...)