Accueil > Musique > 2016 > Mono - Requiem for Hell

Mono - Requiem for Hell

jeudi 24 novembre 2016, par Marc


Le plaisir n’a pas besoin d’être bien compliqué. Et ce qu’on attend de la formation japonaise Mono, ce sont justement des plaisirs simples et intenses produits d’une personnalité bien marquée. Si vu de loin le post-rock peut apparaître comme uniforme, il est impossible de confondre cette formation avec une autre. Et pour l’amateur, leur dernière livraison ne pourra pas décevoir.

Cette fois, Mono a puisé son inspiration dans l’Enfer de Dante. Rien que ça, certes, mais leur goût prononcé pour l’emphase peut s’accommoder d’un thème aussi ambitieux. On parle tout de même de musique instrumentale, donc le thème n’est pas vraiment primordial de toute façon.

Ils renouent aussi avec Steve Albini comme producteur et on note un retour marqué des cordes, lui qui avait officié pour la dernière fois sur le toujours très conseillé Hymn To The Immortal Wind.

Dès l’entame de l’album, Death In Rebirth remonte sur une structure sonore bien dense, une progression d’accords bien définie. Ce sont est cette fausse répétition, ces guitares qui suivent bien l’orthodoxie shoegaze qui nous reconnectent avec une efficacité certaine, un mur du son qui peut se révéler infranchissable. Stellar qui suit se pose en morceau de transition, avec cordes et cloches. Les morceaux sont longs, déjà, mais leur agencement propose une progression.

Ce sont évidemment les 18 minutes de la plage titulaire qu’on retiendra en priorité. Comme prévu, ce long morceau n’en finit pas de finir, de repartir et de se désintégrer dans un chaos presque complet. De brusques démarrages, des passages pavés, de longues côtes, des descentes défoulatoires, il y a un peu de tout sur ce parcours montagneux. Ely’s Heartbeat est basé sur un son d’échographie. Difficile de faire plus intime même si le résultat est on ne peut plus classique.

Les violons peu modestes sont de retour sur The Last Scene qui clôture assez logiquement cet album qui ravira les amateurs. Cet album cohérent et compact, moins spectaculaire et symphonique que certaines de leurs productions se pose en digne successeur et apportera de la satisfaction à défaut de surprise.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membres de Chausse Trappe et de Papier Tigre) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. Avec une (...)

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à la fin, et de le faire en grand. Flanqués de Jean-Michel Pirès (The Married Monk, Bruit Noir), Eric (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)