Accueil > Musique > 2016 > Régina Spektor - Remember Us To Life

Régina Spektor - Remember Us To Life

mercredi 7 décembre 2016, par Marc


La personnalité d’un artiste, c’est quelque chose de primordial. Installer un univers, le peupler de chansons marquantes pour pouvoir tranquillement creuser le même sillon ou plein d’autres, c’est l’œuvre d’une vie, et finalement rares sont ceux qui ont réussi à marquer. On peut définitivement ranger Regina Spektor parmi les artistes à personnalité, surtout depuis la magnifique paire Begin To Hope et Far.

Certes, on ne peut pas dire que What We Saw From The Cheap Seats était du même tonneau, mais il restait dans la lignée, tout comme l’est son huitième album studio qui marque un retour à une façon peut-être plus pop. C’est ce qu’on entend en effet dès le single Bleeding Heart. Il donnait une bonne idée de ce que pourrait être cet album, à savoir une envie de classicisme et d’accessibilité. On ne dénote donc pas trop de tentatives hors de son camp de base et finalement, c’est reposant de ne pas passer de morceaux. Ce ne sont pas les chœurs amusants de Small Bill$ qui vont nous perturber.

Elle l’enchaîne avec le beau Black and White qui est tout de même à deux doigts du kitsch mais se montre plus sensible. Si je ne suis pas certain d’avoir tout compris au contexte de Grand Hotel, il n’en reste pas moins que c’est une grande mélodie. L’émotion, elle, est sans doute moins présente que sur Far et les coups d’éclat moins fréquents mais on sent assez vite que le très beau Sellers of Flowers va nous accompagner longtemps comme le plus spectaculaire The Trapper and The Furrier, plus pesant, plus insistant, plus marquant aussi, tout comme l’enlevé Tornadoland qui pratique les changements de braquet.

Older and Taller est quant à lui plus que doux-amer, il se fait carrément grinçant (Enjoy your youth/Sounds like a threat), mêlant réalité professionnelle et musique enjouée, fluide et ne reniant pas les violons. Parfois aussi, surtout, c’est simplement beau (The Light ou Obsolete). On le voit, ceux qui aiment Regina parce que c’est drôle ou émouvant ou épique se retrouveront dans cet album peut-être moins brillant mais qui ne compte pas de scorie.

http://www.reginaspektor.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)