Accueil > Musique > 2016 > Fai Baba - Sad & Horny

Fai Baba - Sad & Horny

vendredi 9 décembre 2016, par Marc


La musique est souvent affaire d’évocations, à un tel point que l’origine des artistes est souvent anecdotique, et de plus en plus difficilement identifiable. Au niveau de l’ambiance, Fai Baba est plus proche de Tom Wolfe accompagnant les premiers hippies (relisez The Kool-Aid Acid Test) que des alpages suisses dont provient ce duo formé par Fabian Sigmund qu’accompagne le batteur Domi Chansorn. Ceci dit, il faut être dans une forme correcte et pas sous LSD pour assurer une musique pareille parce que ce cinquième album (on n’a pas vu passer les autres, désolé) montre une belle maîtrise.

Sad & Horny est donc à la croisée de quelques chemins. Un qui mène vers un psychédélisme chargé de guitares (pas saturées ni poussées en avant du reste), d’intensité purement musicale et de densité emballante. L’exemple le plus avancé étant sans doute le véloce Can’t Get Over You dont le chorus final est assez magistral dans le genre et est peut-être la principale attraction de l’album. C’est dense, solide et la folie maitrisée leur permet de repartir à l’envi.

Les autres chemins mènent vers une langueur space (Don’t Belong Here) ou plus aquatique, voire même les formes les plus avancées et aventureuses d’Atlas Sounds sur Geographical Tongue. Find Me A Woman est tout d’abord un morceau très détendu puis bon, la même progression d’accords permet de partir et de s’élever, le tout en un peu plus de quatre minutes.

La voix n’est pas démonstrative mais sa versatilité lui permet de réussir la voix de tête sur le convaincant Why Do I Feel So Alone. Toujours chouettement psychédélique, cet album n’est pas non plus monotone puisqu’on peut y croiser de la langueur assez fondante (Nobody But You), la compacité de Fainted Lover, le blues plombé de Straight Man ou la douceur de Lucky. Il y a aussi des morceaux qui se sont frayé un chemin vers la mémoire pour y rester (Don’t Belong Here).

Sans doute parce que le son rond et léger correspond bien à ces morceaux plus intenses qu’il n’y parait, j’ai passé un long moment avec Fai Baba et je ne peux que vous conseiller de faire la même chose.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Fai Baba - Sad & Horny 23 janvier 2017 22:31, par Blaise

    Je l’écoute en boucle et ne le laisse de côté que pour écouter Savage Dream, le précédent album de Fai Baba...

    repondre message

  • Tamar Aphek - All Bets are Off

    On ne peut nier l’importance de la jeunesse, le mythe tenace du premier album. On sait qu’il y aura toujours des albums venus de nulle part pour récompenser notre patience et notre dévouement. On n’a qu’une seule chance de faire une bonne première impression et la jeune Israélienne Tamar Aphek la saisit à pleine mains. Son premier album (il y a eu un EP avant ça) démarre sur les chapeaux de roues, avec un ton qui rappelle Liars dans la propension à utiliser des rythmes fiévreux sans être abscons. (...)

  • MamaKilla - We Coo

    MamaKilla (on prononce ‘Mama kiya’ visiblement) est un power-duo avec Stéphane Del Castillo au chant et à la guitare, Boris Barzul à la batterie et aux samples. La formule est souvent reprise, notamment pour faire beaucoup de bruit ou assumer de bons délires psychédéliques. C’est un peu le cas ici, mais si on vous en parle, c’est surtout parce qu’il y a autre chose.
    On prend ses marques avec We Coo qui se pose en stoner dense et plutôt lent. Mais la tangente est vite prise dès Go and Tidy Up your (...)

  • Freedom Candlemaker - Beaming Light

    Vous reprendrez encore une petite lampée de pop grecque ? Pas de panique, Lefteris Moumtzis s’exprime en anglais, le nom du projet étant même la traduction littérale du patronyme du Chypriote.
    On entre tout de suite dans son univers cotonneux avec un son très doux. Mais on aura aussi de la variété puisque après l’ample début il varie et syncope. On aura droit aussi à une dose de psychédélisme. Le son étant un peu lisse et le ton fort détendu malgré le tempo jamais lymphatique, c’est un album qui pourra (...)

  • Saint Sadrill - Pierrefilant

    Harmonies vocales en avant, grand départ sur un morceau de 11 minutes, on ne peut pas dire que la musique de Saint Sadrill vise les personnes pressées. Pourtant, le projet du Français Antoine Mermet et de ses comparses n’a rien de torturé. Elle musique prend son temps mais pas nécessairement pour flâner en route (ce qui serait son droit le plus strict) mais pour qu’on profite du climat installé.
    On note encore plus de tension sur Corq qui en devient un gros morceau, riche de sa pulsation, de sa (...)