Accueil > Musique > 2016 > Leonard Cohen - You Want It Darker

Leonard Cohen - You Want It Darker

samedi 24 décembre 2016, par Marc


En cette année 2016, tarder à publier une critique pouvait la transformer en nécrologie. Ça a été le cas en janvier pour David Bowie et c’est le même cas de figure pour Léonard Cohen. De plus, ce sont deux artistes que j’ai admiré et adoré qui s’en sont allés. Pour terminer le rapprochement, leurs avant-derniers albums n’étaient pas à la hauteur de leur réputation mais ils ont tous deux terminé sur une note sublime. Aux côtés de Blackstar figurera donc You Want It Darker au panthéon des albums de 2016.

Et de toutes les années aussi si vous voulez mon avis, tant cet album prend toutes les allures du classique, et son ton presque posthume fait résonner quelques-unes des fulgurances en fournissant d’inévitables frissons. Parce qu’avec un tout petit peu de recul, impossible de ne pas comprendre la profondeur presque littérale du I’m ready My Lord qu’il déclare d’emblée sur la plage titulaire. Et c’est l’écho douloureux au God, I’m not ready de Vic Chestnutt quelques semaines avant sa disparition qui nous terrasse complètement.

Léonard Cohen, c’était aussi une voix, et voix, qui chante moins qu’elle ne déclame, et elle n’a jamais semblé aussi posée, aussi chaude, aussi évocatrice. Mais si elles ne sont qu’évoquées, ces mélodies peuvent se révéler magnifiques (Treaty), s’ajoutant à une longue série d’inoubliables. Cet album fournira des perles aux inévitables best-of qui devraient fleurir bientôt. Ce Treaty évidemment mais aussi des slows sans complexe (If I didn’t Have Your love) parce qu’on ne doit plus en avoir à 82 ans.

En tous cas, une vraie preuve de qualité est de voir à quelle vitesse ces morceaux s’imposent, avec quelle facilité ils donnent l’impression d’être là depuis longtemps. On retrouve évidemment plusieurs de ses habitudes musicales. Celles qu’on a acceptées parce qu’elles étaient inhérentes à ses morceaux comme les chœurs féminins d’On The Level. On se rappelle qu’ils tenaient aussi les avant-postes sur Nevermind, magnifique morceau de générique de la sous-estimée saison 2 de True Detective.

Mais sa simplicité est toujours souveraine, comme le prouve la conjonction de chœurs et de violon sur It Seemed the Better Way, les violons déchirants malgré eux de la reprise de Treaty.

Il faut être honnête, on se serait contenté d’un album digne de la part d’un artiste dont la carrière est suffisamment éloquente pour ne pas appeler de suite. On n’en apprécie que mieux cette bonne habitude prise par les artistes essentiels d’offrir une épitaphe sublime, avec plusieurs possibilités de mot de la fin.

I’m travelling light
It’s au revoir

Only one of us was real
And that was me

I’m leaving the table
I’m out of the game

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)