Accueil > Critiques > 2016

Leonard Cohen - You Want It Darker

samedi 24 décembre 2016, par marc


En cette année 2016, tarder à publier une critique pouvait la transformer en nécrologie. Ça a été le cas en janvier pour David Bowie et c’est le même cas de figure pour Léonard Cohen. De plus, ce sont deux artistes que j’ai admiré et adoré qui s’en sont allés. Pour terminer le rapprochement, leurs avant-derniers albums n’étaient pas à la hauteur de leur réputation mais ils ont tous deux terminé sur une note sublime. Aux côtés de Blackstar figurera donc You Want It Darker au panthéon des albums de 2016.

Et de toutes les années aussi si vous voulez mon avis, tant cet album prend toutes les allures du classique, et son ton presque posthume fait résonner quelques-unes des fulgurances en fournissant d’inévitables frissons. Parce qu’avec un tout petit peu de recul, impossible de ne pas comprendre la profondeur presque littérale du I’m ready My Lord qu’il déclare d’emblée sur la plage titulaire. Et c’est l’écho douloureux au God, I’m not ready de Vic Chestnutt quelques semaines avant sa disparition qui nous terrasse complètement.

Léonard Cohen, c’était aussi une voix, et voix, qui chante moins qu’elle ne déclame, et elle n’a jamais semblé aussi posée, aussi chaude, aussi évocatrice. Mais si elles ne sont qu’évoquées, ces mélodies peuvent se révéler magnifiques (Treaty), s’ajoutant à une longue série d’inoubliables. Cet album fournira des perles aux inévitables best-of qui devraient fleurir bientôt. Ce Treaty évidemment mais aussi des slows sans complexe (If I didn’t Have Your love) parce qu’on ne doit plus en avoir à 82 ans.

En tous cas, une vraie preuve de qualité est de voir à quelle vitesse ces morceaux s’imposent, avec quelle facilité ils donnent l’impression d’être là depuis longtemps. On retrouve évidemment plusieurs de ses habitudes musicales. Celles qu’on a acceptées parce qu’elles étaient inhérentes à ses morceaux comme les chœurs féminins d’On The Level. On se rappelle qu’ils tenaient aussi les avant-postes sur Nevermind, magnifique morceau de générique de la sous-estimée saison 2 de True Detective.

Mais sa simplicité est toujours souveraine, comme le prouve la conjonction de chœurs et de violon sur It Seemed the Better Way, les violons déchirants malgré eux de la reprise de Treaty.

Il faut être honnête, on se serait contenté d’un album digne de la part d’un artiste dont la carrière est suffisamment éloquente pour ne pas appeler de suite. On n’en apprécie que mieux cette bonne habitude prise par les artistes essentiels d’offrir une épitaphe sublime, avec plusieurs possibilités de mot de la fin.

I’m travelling light
It’s au revoir

Only one of us was real
And that was me

I’m leaving the table
I’m out of the game

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Michele Ducci - Sive

    Un piano, une voix, voilà ce qui constitue le gros de ce premier album de l’Italien Michele Ducci. Mais il ne fait pas s’y tromper, celui qui était la moitié du groupe electro-pop M+A offre sur cette base un bel album d’une richesse réelle. Et surtout, on capte au passage quelques fort beaux morceaux.
    Notre préférence va sans doute à la simplicité de River qui frappe juste, ou alors au sol plus dense (...)

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)