Accueil > Musique > 2017 > Alain Pire Experience - Songs From the 13th Floor

Alain Pire Experience - Songs From the 13th Floor

jeudi 12 janvier 2017, par Mathusalem


Il y a longtemps, très longtemps, le microcosme du Rock Wallon brillait par sa discrétion, par son manque de reconnaissance, un peu à cause de sa quête identitaire, c’est vrai, mais c’était malgré tout profondément injuste.

Somme toute, les talents étaient là alors que l’intérêt des masses francophiles l’était moins…. Question de timing sans doute… Quoiqu’il en soit, c’est dingue comme l’aura satanique et subversive du Rock suscitait la frayeur chez les honnêtes gens des temps jadis.

De nos jours, les choses sont un tantinet différentes, que voulez-vous, les temps changent… Ce qui n’empêche pas Alain Pire de gratter encore inlassablement ses Gibson … Parce qu’il en a fait, des choses, notre Alain… Batteur dès 1968, guitariste ensuite pour des gens comme Jo Lemaire, Les révérends du Prince Albert, Such A Noise, Abbey Road, Huy ! …, auteur aussi, à l’occasion, notamment d’un bouquin magistral traitant du Rock psychédélique anglais…, on finirait par songer à le mettre sous Rilatine tant il est hyperactif.

Et si le premier album d’APEx (Cambridge , 2014) était une véritable bombe à fragmentation pulvérisant la gangue poussiéreuse qui étreignait les clichés psyché, les délivrant de leurs bogues moisies et les exhibant fièrement, tels un florilège allégorique et chatoyant de stéréotypes sixtisesques,(On songe ici au bataillon de singles potentiels comme Cambridge, Time Machine, Things Behind The Sun, habilement formatés pop, et donc aisément assimilables), Songs from the 13th floor s’avère, lui,être un album plus personnel, les clichés sont toujours là (Our Life reste un hommage appuyé à des gens comme The Moody Blues ou Barclay James Harvest), mais un peu moins rutilants, notre artiste gaucher n’a plus besoin de convaincre son auditoire de son attachement à cette période et donc, s’ils surgissent encore à l’occasion,c’est avec le discernement qui convient, tout cela au bénéfice de mélodies plus profondes, un peu moins insérables dans le canevas d’une pop traditionnelle… Bref, plus authentiques … L’éblouissant déferlement "guitaristique" inclus dans Turn On, Tune In, Drop Out en atteste.

Cela dit l’album dans sa globalité reste particulièrement équilibré et harmonieux, des singles à haute valeur radiophonique venant ponctuer l’ensemble (L’imparable Lazin’ in the Afternoon, par exemple).

Soyons clairs, Alain, Marcus, René (Et Didier aux manettes ) n’ont plus rien à prouver, ils s’amusent et y prennent un pied fou, et parce qu’ils aiment ça, et parce que c’est aussi et surtout ça, l’essence du Rock… Alors fatalement, on aime, nous aussi. Deuxième jalon d’un parcours logique et sans faute pour notre guitariste hutois préféré.

http://www.alain-pire.be/
Lazin’ en écoute et téléchargement ici

Article Ecrit par Mathusalem

Répondre à cet article

  • Tamar Aphek - All Bets are Off

    On ne peut nier l’importance de la jeunesse, le mythe tenace du premier album. On sait qu’il y aura toujours des albums venus de nulle part pour récompenser notre patience et notre dévouement. On n’a qu’une seule chance de faire une bonne première impression et la jeune Israélienne Tamar Aphek la saisit à pleine mains. Son premier album (il y a eu un EP avant ça) démarre sur les chapeaux de roues, avec un ton qui rappelle Liars dans la propension à utiliser des rythmes fiévreux sans être abscons. (...)

  • MamaKilla - We Coo

    MamaKilla (on prononce ‘Mama kiya’ visiblement) est un power-duo avec Stéphane Del Castillo au chant et à la guitare, Boris Barzul à la batterie et aux samples. La formule est souvent reprise, notamment pour faire beaucoup de bruit ou assumer de bons délires psychédéliques. C’est un peu le cas ici, mais si on vous en parle, c’est surtout parce qu’il y a autre chose.
    On prend ses marques avec We Coo qui se pose en stoner dense et plutôt lent. Mais la tangente est vite prise dès Go and Tidy Up your (...)

  • Freedom Candlemaker - Beaming Light

    Vous reprendrez encore une petite lampée de pop grecque ? Pas de panique, Lefteris Moumtzis s’exprime en anglais, le nom du projet étant même la traduction littérale du patronyme du Chypriote.
    On entre tout de suite dans son univers cotonneux avec un son très doux. Mais on aura aussi de la variété puisque après l’ample début il varie et syncope. On aura droit aussi à une dose de psychédélisme. Le son étant un peu lisse et le ton fort détendu malgré le tempo jamais lymphatique, c’est un album qui pourra (...)

  • Saint Sadrill - Pierrefilant

    Harmonies vocales en avant, grand départ sur un morceau de 11 minutes, on ne peut pas dire que la musique de Saint Sadrill vise les personnes pressées. Pourtant, le projet du Français Antoine Mermet et de ses comparses n’a rien de torturé. Elle musique prend son temps mais pas nécessairement pour flâner en route (ce qui serait son droit le plus strict) mais pour qu’on profite du climat installé.
    On note encore plus de tension sur Corq qui en devient un gros morceau, riche de sa pulsation, de sa (...)