Accueil > Musique > 2017 > Fink – Fink’s Sunday Night Blues Club, Vol. 1

Fink – Fink’s Sunday Night Blues Club, Vol. 1

lundi 20 mars 2017, par Marc


Les derniers albums de Fink étaient très enthousiasmants, et son style assez reconnaissable s’y épanouissait dans quelques montées électriques bien senties et maîtrisées. On a senti la fin d’un cycle, un certain aboutissement. Difficile d’encore monter en intensité en effet. Que faire dès lors ?

Changer de style, se mettre au blues dans ce qui est vendu comme un projet parallèle (la mention de ‘vol.1’ semblant même suggérer une suite possible). Si on comprend qu’il veuille marquer une petite rupture, montrer une évolution, c’est se donner un peu de mal pour pas grand’chose tant on sent tout de suite qu’on est dans le Fink pur jus. Certes, les structures de morceaux sont peut-être plus proches d’une orthodoxie pentatonique, évidemment qu’on distingue des progressions d’accords typiques, mais il est rigoureusement impossible de ne pas le reconnaitre. Parce qu’on ne peut ignorer que ce qui fait le sel des productions de Finn Greenall, c’est d’avoir toujours évolué d’une musique électronique et acoustique à la fois vers plus d’organique, incorporant plus d’électricité au fil de l’eau.

Il a gardé ses sons éthérés dès Cold Feet, ses échos qui se répercutent, les structures apaisées et en apesanteur de She Was Right. On apprécie, bien évidemment, mais on ne perçoit pas facilement le lien avec le blues originel. On le retrouvera plus aisément sur Little Bump, dans la slide-guitar bien marquée de Boneyard ou avec l’harmonica trituré sur Hard To See You Happy. Le plus étrange, c’est qu’il lâche les morceaux les plus typiques en cours de route, comme si son auditoire avait besoin d’un échauffement.

Au rang des curiosités, on notera une troublante ressemblance vocale occasionnelle avec Neil Finn, le chanteur de The Veils qui eux aussi visitent les chemins de traverse d’un americana poisseux sur leur excellent dernier album. C’est patent sur Boneyard. Les mots ‘father’ et ‘mother’ qui ressortent du magma renforçant l’impression. Les paroles sont comme souvent psalmodiées, choisies sans doute plus pour leur musicalité que pour leur sens profond.

Pas exagérément longue, cette apparente récréation nous reconnecte avec Fink, ce qui est une bonne chose. Si le blues est un genre qui lui va bien au teint, il n’en garde pas moins une furieuse personnalité. N’empêche que ce qui est présenté comme un projet parallèle ne peut pas postuler aux sommets que constituent ses deux derniers et formidables albums.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il n’en est pas directement question. Par exemple, Diamond Rings sort clairement des clous du camp de base (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)