Accueil > Critiques > 2017

Peter Silberman - Impermanence

mardi 11 avril 2017, par marc


On l’a déjà dit, la critique objective est un leurre, une chimère qu’il ne faut même pas tenter de poursuivre. Parce qu’au fil du temps et des découvertes, on peut aussi devenir fans d’artistes. Après quelques albums et plusieurs concerts intenses, The Antlers fait partie de nos préférences, sans doute possible.

On peut toujours se demander ce qui pousse un artiste qui a visiblement le contrôle total de l’aspect artistique d’une formation à se lancer dans une carrière solo. Ce sont visiblement les circonstances qui ont décidé. Des problèmes auditifs avaient rendu Silberman pratiquement sourd d’une oreille et c’est pendant sa convalescence que ces morceaux ont pris forme. On n’est pas loin de la genèse de l’excellent album de Siskiyou.

Pour ceux qui connaissent et aiment les Antlers et qui doivent constituer les auditeurs les plus probables de cet album, sachez que sans jouer au jeu des sept erreurs, cet album est pour vous si on considère quelques particularités. En gros, on ne retrouve pas la fièvre électrique des montées, ces grands huits émotionnels. Karuna, c’est une voix, une guitare légère, des passages par le silence complet. L’expressivité rentrée de Silbermann est évidemment souveraine en ces occasions. Ces morceaux (plutôt longs) tiennent la route en l’état, on s’empresse de le préciser. Par exemple, le New York présenté ci-dessous est un exemple de morceau qui aurait été un interlude inspiré sur un autre album et devient un moment marquant ici.

Cet album, bien plus que ceux des Antlers, pourra grandir en vous en fonction de votre état d’esprit. La délicatesse extrême de ce premier essai solo est en effet à réserver à des moments d’apaisement poussés. La maitrise de la lenteur est remarquable chez Silberman mais on ne peut s’empêcher de la préférer quand elle se mêle à l’ampleur de son projet de base.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)

  • Beirut – Hadsel

    Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.
    En première écoute, ce Hadsel est plutôt en (...)