Accueil > Musique > 2017 > Peter Silberman - Impermanence

Peter Silberman - Impermanence

mardi 11 avril 2017, par Marc


On l’a déjà dit, la critique objective est un leurre, une chimère qu’il ne faut même pas tenter de poursuivre. Parce qu’au fil du temps et des découvertes, on peut aussi devenir fans d’artistes. Après quelques albums et plusieurs concerts intenses, The Antlers fait partie de nos préférences, sans doute possible.

On peut toujours se demander ce qui pousse un artiste qui a visiblement le contrôle total de l’aspect artistique d’une formation à se lancer dans une carrière solo. Ce sont visiblement les circonstances qui ont décidé. Des problèmes auditifs avaient rendu Silberman pratiquement sourd d’une oreille et c’est pendant sa convalescence que ces morceaux ont pris forme. On n’est pas loin de la genèse de l’excellent album de Siskiyou.

Pour ceux qui connaissent et aiment les Antlers et qui doivent constituer les auditeurs les plus probables de cet album, sachez que sans jouer au jeu des sept erreurs, cet album est pour vous si on considère quelques particularités. En gros, on ne retrouve pas la fièvre électrique des montées, ces grands huits émotionnels. Karuna, c’est une voix, une guitare légère, des passages par le silence complet. L’expressivité rentrée de Silbermann est évidemment souveraine en ces occasions. Ces morceaux (plutôt longs) tiennent la route en l’état, on s’empresse de le préciser. Par exemple, le New York présenté ci-dessous est un exemple de morceau qui aurait été un interlude inspiré sur un autre album et devient un moment marquant ici.

Cet album, bien plus que ceux des Antlers, pourra grandir en vous en fonction de votre état d’esprit. La délicatesse extrême de ce premier essai solo est en effet à réserver à des moments d’apaisement poussés. La maitrise de la lenteur est remarquable chez Silberman mais on ne peut s’empêcher de la préférer quand elle se mêle à l’ampleur de son projet de base.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)