Accueil > Musique > 2017 > BNQT - Volume I

BNQT - Volume I

mercredi 10 mai 2017, par Marc


Super-groupe n’est jamais un concept qui a fait beaucoup rêver. Certes, il y a plein de bons exemples, mais ces défoulements entre amis huppés ont rarement atteint les sommets de ce que font les artistes de leur côté. Ceci dit, certaines affiches donnent tout de même bien envie. Donc quand on a su qu’Eric Pulido de Midlake s’acoquinait avec Ben Bridwell de Band of Horses, Alex Kapranos de Franz Ferdinand, Fran Healy de Travis, Jason Lytle de Grandaddy, l’attention a forcément été captée.

Ca fait tout de même plusieurs frontmen, ça. Le backing-band est donc principalement issu de Midlake. Quand on sait à quel point ce sont de brillants instrumentistes, c’est un excellent choix qui permet de garder la cohérence au long des deux morceaux que chacun a pu écrire et chanter. Dans le genre, ça pourrait plus faire penser au formidables Ftizcarraldo Sessions.

Toutes les formations citées ont connu une relative notoriété. Et dans tous ces cas, c’était il y a longtemps. Si leur étoile n’a pas nécessairement pâli (Franz Ferdinand), on ne peut pas dire non plus que ce sont des promesses et des artistes en plein buzz qu’on retrouve ici. Le style pratiqué n’est pas non plus très moderne, ne les sortant pas de leur zone de confort. Ce qui les laisse largement dans leur zone de compétence mais on ne retrouve presque pas nécessairement l’intensité de ce que peut faire un Midlake en forme (Midlake est toujours en forme du reste) au profit d’une légèreté assez rare vu l’arsenal déployé.

On retrouve donc quelques échappées de six-cordes, de belles choses remplies de cordes soyeuses et de flûte sur 100 Million Miles ou une belle luxuriance (dans l’acception Sergent Pepper du terme) sur Real Love. De plus Midlake peut rendre des fins de morceaux bien denses. Par exemple sur Fighting The World chanté par Kapranos. C’est dans ses moments-là que l’album par ailleurs peu marquant montre son meilleur jour.

Parce que tout est assez léger, dégageant un souffle de cruising cheveux au vent à l’écoute de standards des seventies. (Unlikely Force, L.A. On My Mind). Les intervenants sont tous très en ligne avec cette façon et s’identifient facilement (Eric Pulido de Midlake bien entendu, Ben Bridwell de Band of Horses) mais si on reconnait aisément Alex Kapranos sur Hey Banana (rien que le titre était identifiable), on ne peut s’empêcher de penser que sa collaboration de l’année passée avec Sparks avait plus de piquant.

BNQT est donc un délassement d’artistes doués. Le résultat est exécuté avec tout le sérieux nécessaire pour que le résultat soit tout simplement impeccable. La variation des interprètes et compositeurs permet un peu de variété quand les musiciens apportent compétence et cohérence. On ne se hasardera pas à dire que ceci est la pierre de touche de l’année, mais il serait malvenu de bouder son plaisir parce que plaisir il y a même si l’impression est bien fugace.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)