Accueil > Musique > Concerts > Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

samedi 13 mai 2017, par Marc


Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.

Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.

Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation est en place, ses deux collaborateurs font du bon boulot mais pour nous ça ne prendra pas. Le clip donnait envie, c’est peut-être une question de contexte, de rappel qu’on n’avait pas l’impression d’avoir demandé.

On connaît Albin de la Simone pour l’avoir vu à de nombreuses reprises. Notamment dans ce Musée, pièce qui favorise l’intimité mais pas une bonne vision pour la plupart. La violoniste, la violoncelliste, le guitariste et lui joueront donc presque sans amplification pour ne pas couvrir les cordes laissées nues. Ça force évidemment le public à un calme olympien et on peut dire que c’est le cas.

Si on espère un jour qu’il changera un chouïa le procédé, notamment parce que les morceaux sont suffisamment forts pour subir un peu plus de puissance, on déguste tout de même. Les musiciens sont toujours impeccables et puis comme les deux derniers albums sont somptueux, il n’y a rien à jeter. Cette simplicité permet de se replonger dans les beaux textes, voire d’en révéler. Dans mon cas, ce sont Les Chiens Sans Langue . Logiquement, Un Homme et L’Un De Nous fournissent la quasi totalité des titres du soir, même s’il ira repêcher Tu Es Là à son premier album et terminera par un inédit assez amusant et sans doute destiné à une existence confinée aux concerts.

Les bons albums font souvent les bons concerts. Albin ne peut pas décevoir les fidèles, à trouvé une forme Live qui convient à ses chansons et n’en dévié pas. On vérifiera tout ça lors de la prochaine tournée. Et la suivante. Et celles d’après

Article Ecrit par Marc

P.-S.

Je ne m’y suis pas pris à temps pour une accréditation. Lara Herbinia en avait une, fort heureusement.
http://www.laraherbinia.com/blog/2017/5/12/albin-de-la-simonenuits-botaniquebruxelles
Il en reste d’anciennes ici https://goo.gl/photos/jA5q9CEZpz2sa74e6

Répondre à cet article

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)

  • The Veils, Botanique, 25/11/2016

    Il y a des concerts qui sont plus que des prestations, qui sont une sorte se ralliement. Sans doute parce que le premier album a marqué suffisamment pour qu’une partie du public s’y retrouve treize ans après. Peut-être aussi que même si une partie du public n’a qu’une connaissance partielle de la discographie du groupe, elle a pris une belle consistance au fil des ans.
    Le dernier album est à ce titre un de leurs meilleurs, et c’est tant mieux puisque la setlist y puise abondamment. Ces morceaux (...)