Accueil > Musique > 2017 > Haring - In Spaces

Haring - In Spaces

lundi 15 mai 2017, par Mathusalem


On les avait vus, son petit Laptop et lui, à La Chapelle, à Mons, autant vous dire que cela fait quelques années… Tellement jeune à l’époque qu’il peut se permettre de l’être encore aujourd’hui et après avoir creusé son trou dans le milieu Electro, s’être payé un passage à Dour tout en se confectionnant une renommée confidentielle aux USA...après avoir également vu une de ses compos servir de fond sonore à une pub de Dior, Yann (AKA Haring), musicien producteur natif de Mons désormais basé en notre belle capitale, s’est enfin décidé à sortir un album…

C’est vrai, on vous le concède, on parle très peu d’Electro ici… Pas qu’on y soit insensibles, mais plutôt par lucidité générationnelle… Parce qu’on l’a suivi d’une manière académique sans trop vraiment le vivre, ce genre musical.
Pourtant, c’est bête, mais il arrive que le réalisme cède la place au lâcher-prise, on dépasse le stade de l’analyse pragmatique, la musique tout à coup mérite d’être plus ressentie que simplement entendue…

Et c’est le cas ici...On s’est surpris à éprouver le besoin de s’écouter In Spaces en boucle et d’y découvrir, un peu comme dans les mondes sonores de Gold Panda,une forme de béatitude onirique, à l’image de celle que l’on ressent à l’arrivée de l’éclaircie, juste après l’averse.

Pour faire simple, le plaisir d’écoute en devient si puissant qu’il en virerait presque au bienfait thérapeutique.

Du bon boulot donc, Haring exploitant avec maîtrise une palette assez large d’émotions diverses, allant de la tension ténébreuse à l’illumination enjouée, comme si chaque morceau était construit sous la forme d’une sortie de migraine, Juste au moment où la pesanteur rythmique cède la place à l’euphorie volatile,autant apaisante qu’apaisée. Il existe des disques qui parviennent à faire du bien, celui-ci, en ce qui nous concerne du moins, en fait partie.

Article Ecrit par Mathusalem

Répondre à cet article

3 Messages

  • Haring - In Spaces 15 mai 2017 17:23, par Guismo

    Et tu es venu le voir samedi soir aux nuits ? Apparemment son meilleur concert (dixit Yann). Moi je suis juste arrivé pour Max Cooper (qui m’a mis une belle claque soit dit en passant).

    repondre message

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)