Accueil > Musique > 2017 > Feist - Pleasure

Feist - Pleasure

jeudi 1er juin 2017, par Marc


La trajectoire d’un artiste va parfois vers la limpidité, vers l’épure et la simplicité de la forme. C’est le cas de Dominique A par exemple. A l’inverse, notre amie Leslie Feist semble aller vers plus de complexité au fur et à mesure des albums.

C’est avec son second album Let I Die qu’elle s’était signalé au public européen. C’était d’une délicatesse extrême, d’une subtilité qui tutoyait parfois l’évanescence. Elle a alors bien évolué, captant l’énergie et l’électricité sur l’épatant The Reminder et puis a encore sensiblement évolué sur le plus ample Metals. Si on trace une ligne qui passe par tous ces points, on a presque tout ce qu’il faut pour extrapoler ce Pleasures. On devine entre les lignes qu’il n’est pas limpide, qu’il peut se révéler tortueux, décourageant presque lors des premières écoutes.

Pourtant, à l’analyse, c’est du Feist pur jus. La voix est là, et tous les effets dont elle s’habille aussi. Les morceaux ne sont pas exagérément longs, déstructurés ou dingues, mais on a l’impression que tout a été fait pour en éliminer tout le côté mignon ou soyeux qui caractérisait ses débuts. Le single est ce morceau placé en avant et on ne peut pas dire qu’il cache ses intentions. Il y a des variations, du nerf.

Pour varier donc, elle parsème ses morceaux qui peuvent aussi s’envisager avec des atours simples tant le son est singulier. Elle le roule dans la poussière parfois (Any Party), le saupoudre quelques notes de grosses guitares (I Wish I Didn’t Miss You), utilise des chœurs et même respons (A Man Is Not His Song). L’intensité nait parfois de ces frottements, au détour d’I’m Not Running Away. Elle se livre en tout cas presque sans retenue, ses éruptions étant un peu plus proches d’une PJ Harvey.

Il y a aussi de l’intensité et de la furie sur la première partie de Century et puis après un arrêt, un certain Jarvis Cocker s’en mêle et la fin a la force du Pulp des grands jours. Pour le coup, on aurait aimé prolonger le voyage parce que c’est haut la main le meilleur moment du disque.

On ne conseillera sans doute pas cet album au profane. Il existe en effet bien des albums dans sa discographie qui sont d’un abord plus facile (tous, en fait…). Non, ce n’est pas un album ‘facile’, immédiatement plaisant. Mais il intrigue d’emblée avant de révéler ses charmes. Ne reprenant jamais l’auditeur à rebrousse-poil, il montre que Feist sait exactement où elle va et comment y aller.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Metric – Fromentera

    Il est troublant de noter le retour de Metric quelques semaines après celui de Stars. On associe mentalement les deux groupes de Toronto parce qu’ils sont contemporains, que les chanteuses ont toutes deux participé à des albums de Broken Social Scene et surtout parce qu’ils ne nous ont jamais vraiment déçus.
    On sait tout de suite qu’on ne le sera pas cette fois-ci non plus grâce à Doomscroller. Leur caractéristique, c’est la tension de toute façon et elle est bien là. Ajouter des beats sans tomber (...)

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici
    Sans doute que le (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il n’en est pas directement question. Par exemple, Diamond Rings sort clairement des clous du camp de base (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)