Accueil > Critiques > 2017

Maxïmo Park - Risk To Exist

mercredi 7 juin 2017, par marc


Des années, ça fait des années qu’on ne s’est plus penchés sur le cas Maxïmo Park. Ce groupe est aussi une résurgence de la génération 2005, cette série de groupes excitants qui ont émergé la même année et sont souvent retournés dans le rang (Bloc Party, Art Brut, Kaizer Chiefs, The Rakes…). Le genre de l’époque, un pop-rock aux accents parfois héroïques ou dansants est aussi moins pratiqué depuis, seul Kasabian(groupe à l’éclosion postérieure) semble vouloir garder cette flamme intacte.

Leur sixième album n’attaque d’ailleurs pas avec la même tension, l’effet se révélant bien plus sucré et détendu que dans notre souvenir. Mais ils se font plus râpeux sur le second morceau et c’est tout de suite plus convaincant.

Ce qu’on a le plus aimé chez eux, ce sont ces mélodies mélancoliques portées par un rythme élevé. Certes, Make What You Can n’est peut-être pas du niveau du formidable Books From Boxes mais c’est le genre de morceau qu’on apprécie toujours. On aura aussi un peu de tension mais pas trop sur Get High (No I Don’t) qui sent son Franz Ferdinand première époque.

Un riff lancinant, ça marche toujours comme le prouve Work and then Wait. Evidemment, What Equals Love a un air ‘années ‘80’ indéniable et ce sont plutôt les penchants ‘garçon coiffeur’ de l’époque qui viennent en tête plus que le post-punk sombre. Les pulsations de synthé peuvent aussi être plus discrètes (The Hero). Signalons aussi que si Paul Smith ne perd pas sa verve, il y a aussi quelques choses qui passent sans laisser la moindre trace (I’ll Be Around)

Mansuétude ? Attente pas extrême ? Allez savoir, mais il n’en reste pas moins que l’écoute de ce sixième album de Maxïmo Park n’a causé aucune déception et que ces retrouvailles se sont révélées plus gratifiantes que prévu.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Kate Nash – 9 Sad Symphonies

    Nous sommes en 2013. Après un premier album acclamé emmené par le tube Foundations, la star de Myspace a confirmé avec My Best Friend Is You la plupart des espoirs placés en elle et la voici en position de définitivement asseoir son statut avec un troisième album traditionnellement piégeux. Mais elle va relever le défi.
    Sauf que vous savez que ça ne ça ne s’est pas passé comme ça. Larguée par son (...)

  • The Smile - Wall of Eyes

    Même en 2042 et après avoir sorti 13 albums réussis, The Smile restera ’le groupe des deux types de Radiohead’. C’est comme ça, le groupe d’Oxford est trop ancré dans la culture pop pour passer au second plan de quoi que ce soit. Mais cette encombrante et inévitable figure tutélaire ne doit pas oblitérer les qualités indéniables de The Smile. Les deux protagonistes, flanqués du batteur Tom Skinner au (...)

  • PJ Harvey – I Inside The Old Year Dying

    C’est un phénomène que j’ai du mal à m’expliquer. Il m’est difficile voire impossible de me plonger dans des œuvres récentes d’artistes que j’ai beaucoup aimés il y a longtemps. Si dans certains cas c’est la qualité de leurs albums qui est l’explication la plus facile (Muse, The Killers, Foals...), c’est plus mystérieux en ce qui concerne Radiohead, Nick Cave ou PJ Harvey.
    Il faut dire aussi qu’elle a pris (...)

  • Ralfe Band - Achilles Was A Hound Dog

    Outre un flair hors-normes pour dégotter des talents très actuels (Nadine Khouri, Raoul Vignal, Emily Jane White...), Talitres a aussi le chic de remettre en selle des formations culte. A l’instar de Flotation Toy Warning ou The Apartments, Ralfe Band était passé sous nos radars et c’est le label bordelais qui nous le signale.
    Et il fait bien. Si les albums précédents du groupe d’Oly Ralfe datent (...)