Accueil > Critiques > 2005

Kelly De Martino : Radar

mercredi 16 août 2006, par marc


De bruit et de fureur. Et puis de calme et de douceur. Ainsi est la vie. Une petite douceur donc, comme l’album de Feist a calmé nos nerfs en 2004.

Pourquoi mettre un des morceaux les plus faiblards d’entrée ? Please don’t call me est un peu à la traîne niveau mélodie, même s’il annonce assez fidèlement les ambiances rencontrées au long de l’album. En effet, la voix trouve des chansons à sa convenance avec le Bumblebees qui suit. La plage titulaire évoque très nettement Mazzy star ou encore Hope Sandoval and the warm inventions. A savoir des ambiances bluesy et tristounes.

Pour les plus mal dans leurs tête, la guitare me fait penser aux tout premiers Cardigans (époque Life, par là...) ou les soli langoureux de Spain (Radar, Saddest song). Parfois, on s’emballe et les guitares saturées sont poussées à fond. C’est pas vrai, c’est pour voir si vous suiviez toujours. Le morceau le plus nerveux est un folk plus classique et à la Suzanne Vega (Open the door). Le tout se termine par un morceau très proche de Lisa Germano (My little fighter) période Geek the Girl.

Ne cherchez pas autre part l’album de la paresse estivale de 2005, le voilà. Reste que c’est extrêmement lent (New Orleans), et ne pourra s’écouter que dans des conditions d’humeur bien précise. Une alternative féminine à Spain. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)