Accueil > Critiques > 2017

Beth Ditto - Fake Sugar

mercredi 19 juillet 2017, par marc


Se lancer dans une carrière solo après avoir fait partie d’un groupe à succès, c’est évidemment plus que courant et on ne s’étonnera pas que Beth Ditto y vienne aussi. Tout d’abord, n’attendez pas la fièvre dance-punk des premiers albums de The Gossip. Leur dernière livraison montrait d’ailleurs un certain tassement. Logique dès lors pour leur charismatique chanteuse d’aller explorer d’autres pistes. On pensait que ce serait vers l’électronique et le dancefloor sur base d’un EP consistant sorti il y a 2011 années et chapeauté par la paire de Simian Mobile Disco.

Mais non, Beth n’ira pas dans cette direction. Sa voix lui permet de nombreuses possibilités. Le jour où elle décidera de se la jouer Motown, c’est tout-à-fait possible. Sa façon nouvelle laisse plus d’espace à son impressionnant et attachant organe. Ceux qui sont venus sur base de leurs bons souvenirs auront tout de même quelques éléments à se mettre sous la dent. Un peu de nerf sur We Could Run ou un peu de pulsation sur Do You Want Me To par exemple mais on est bien loin des propulseurs à poudre de The Gossip. Mais ce n’en est pas inintéressant pour autant.

On se doute aussi que ceux qui sont venus sur base de ce qu’ils connaissent de Beth Ditto pourraient buter sur des morceaux un peu sirupeux (Love In Real Life) ou qui se veulent poignants sans vraiment l’être. Lover a tout de ces morceaux de transition des compiles de slows. On devine qu’on s’éloigne sensiblement de ce qu’on aime.

Quand elle chante quelques mots en français sur le glam-pop Oo La La, on se dit que cette chanson plus tortueuse pourrait être chantée par Arno ou par Goldfrapp (le titre, forcément…). Ce n’est pas le genre de rapprochement qu’on a pu anticiper et ces pensées maintiennent l’attention parfois mise à mal lors de l’écoute.

On le constate, on est loin de l’échappée belle de Roisin Murphy après Moloko. C’est moins une question de talent (indéniable) que de choix artistiques comme faire appel à la productrice r’n’b Jennifer Decilveo. Pour rappel, c’était Matthew Herbert qui a réalisé Ruby Blue. Autres moyens, autre volonté, autre résultats en toute logique. On se demande cependant à qui s’adresse cet album qui ne comporte pas de moment qui mettra tout le monde d’accord.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Franck Marchal - Maelström Metronomy

    Si les références historiques de la musique synthétique de Franck Marchal sont à aller chercher du côté de John Carpenter, on signale aussi les relectures modernes et enthousiasmantes de Magnetic Rust ou Odyssée.
    Les cordes ne sont pas l’ingrédient privilégie ici, mais le résultat n’est pas sans rappeler des choses comme Ô Lake. Son expérience en tant qu’auteur de musique de film n’est sans doute pas (...)

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)