Accueil > Musique > 2017 > Beth Ditto - Fake Sugar

Beth Ditto - Fake Sugar

mercredi 19 juillet 2017, par Marc


Se lancer dans une carrière solo après avoir fait partie d’un groupe à succès, c’est évidemment plus que courant et on ne s’étonnera pas que Beth Ditto y vienne aussi. Tout d’abord, n’attendez pas la fièvre dance-punk des premiers albums de The Gossip. Leur dernière livraison montrait d’ailleurs un certain tassement. Logique dès lors pour leur charismatique chanteuse d’aller explorer d’autres pistes. On pensait que ce serait vers l’électronique et le dancefloor sur base d’un EP consistant sorti il y a 2011 années et chapeauté par la paire de Simian Mobile Disco.

Mais non, Beth n’ira pas dans cette direction. Sa voix lui permet de nombreuses possibilités. Le jour où elle décidera de se la jouer Motown, c’est tout-à-fait possible. Sa façon nouvelle laisse plus d’espace à son impressionnant et attachant organe. Ceux qui sont venus sur base de leurs bons souvenirs auront tout de même quelques éléments à se mettre sous la dent. Un peu de nerf sur We Could Run ou un peu de pulsation sur Do You Want Me To par exemple mais on est bien loin des propulseurs à poudre de The Gossip. Mais ce n’en est pas inintéressant pour autant.

On se doute aussi que ceux qui sont venus sur base de ce qu’ils connaissent de Beth Ditto pourraient buter sur des morceaux un peu sirupeux (Love In Real Life) ou qui se veulent poignants sans vraiment l’être. Lover a tout de ces morceaux de transition des compiles de slows. On devine qu’on s’éloigne sensiblement de ce qu’on aime.

Quand elle chante quelques mots en français sur le glam-pop Oo La La, on se dit que cette chanson plus tortueuse pourrait être chantée par Arno ou par Goldfrapp (le titre, forcément…). Ce n’est pas le genre de rapprochement qu’on a pu anticiper et ces pensées maintiennent l’attention parfois mise à mal lors de l’écoute.

On le constate, on est loin de l’échappée belle de Roisin Murphy après Moloko. C’est moins une question de talent (indéniable) que de choix artistiques comme faire appel à la productrice r’n’b Jennifer Decilveo. Pour rappel, c’était Matthew Herbert qui a réalisé Ruby Blue. Autres moyens, autre volonté, autre résultats en toute logique. On se demande cependant à qui s’adresse cet album qui ne comporte pas de moment qui mettra tout le monde d’accord.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi membre de C’mon Tigre qui avait déjà tenté et réussi de grands écarts et on retrouve ce bel éclectisme (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui est explorée ici par le batteur et percussionniste Jean-Baptiste Geoffroy (aussi membre de formations au (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version de cet album basé sur des enregistrements glanés au long de 5 années de créations est déjà sortie l’an (...)

  • Jeanne Added – By Your Side

    Il est parfois facile avec du recul de tracer une trajectoire musicale. Si on considère que le second de ses excellents albums montrait un certain assagissement, celui-ci confirme cette tendance, avec un déplacement de l’équilibre qui nous plait moins comme on va le voir.
    Si on écoute aujourd’hui un album de Jeanne Added, c’est qu’on a décelé tout de suite dans sa synth-pop une interprétation au-dessus de la moyenne. On le sent dès It’s a Lie. Hey Boy est plus calme que ce qu’on lui connaissait et on (...)