Accueil > Musique > 2017 > New Order - NOMC15

New Order - NOMC15

mercredi 2 août 2017, par Marc


New Order en live, c’était pour moi ce bootleg d’une prestation à Reading où la voix montrait quelques petits problèmes de justesse pour employer la litote en vogue dans les télé-crochets. En clair, c’était assez faux. Disons-le d’emblée, si Bernard Sumner ne sera jamais un grand vocaliste, aucun dérapage embarrassant n’est à signaler ici et c’est un des motifs de satisfaction. Les autres tenant dans une setlist assez imparable qui ne pourra que combler les nostalgiques et peut-être attirer quelques jeunes curieux (sait-on jamais…).

Il ne faut pas se mentir. Si Music Complete marquait un certain retour en forme, le public cible de ce genre de concert est sans doute en attente de tubes, d’inoxydables classiques, de valeurs refuges qui ne connaissent pas la dévaluation. On retrouve donc 5 titres de ce dernier album, histoire de montrer qu’on n’est pas là (que) pour l’hommage et ne pas en faire un Substance live. Ceci dit, dans ce contexte, ils jouent l’alternance et si leur style a bien évolué, le son reste suffisamment identique pour ne pas rendre les transitions abruptes.

Ils concluent par du très gros calibre avec deux classiques, deux Joy Division et Blue Monday. Rigoureusement inattaquable donc. Reprendre l’incunable Love Will Tear Us Apart et Atmosphere qui a assuré la transition entre les deux groupes après le suicide d’Ian Curtis nous rappelle que 38 ans ont passé.

Ceci dit, c’est toujours un plaisir d’entendre True Faith et même Sumner s’amuse d’un ‘I recognize that beat’ sur l’intro de Blue Monday qui reste le 12’’ le plus vendu de tous les temps. Faut-il étirer Temptation sur plus de 9 minutes ? Non évidemment, mais pourquoi s’en priver, pourquoi éviter de faire beugler un public qui visiblement ne demande que ça ? Notons pour la complétude la présence d’Elly Jackson de La Roux en renfort sur Tutti Frutti comme sur l’album.

New Order aurait pu arrêter sa carrière il y a trente ans sans que la face de la musique n’en soit plus altérée, ils avaient déjà modifié son cours auparavant. Ceci dit, leur discographie depuis est tout-à-fait digne d’intérêt et leur dernière livraison studio marquait un retour en forme. De quoi repartir en tournée sans rougir et faire profiter un public conquis de bien belles tranches de légende.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Projet Marina - Loin des Dons Célestes

    On le répète même si c’est une invitation implicite au remplissage de boîte mail, découvrir les artistes en ligne directe est toujours un plaisir. Et c’est ainsi qu’on a rattrapé avec leur second album le train du duo français.
    Il pratique une musique d’hybridation, entre veine froide électronique des eighties et tentations plus modernes. Mais s’ils revendiquent une inspiration de Tuxedomoon dont le violoniste Blaine Reininger vient relever deux morceaux ou Coil, on n’approche jamais du versant abrupt (...)

  • Ultra Sunn - Night Is Mine (EP)

    Vous commencez à nous connaître, vous savez qu’on ne recule jamais devant une petite dose de darkwave bien sentie. Musique de niche et de passionnés, elle garde une étonnante vivacité. Le duo mixte du jour (Sam Hugé et Gaelle Souflet) nous vient de Bruxelles et sort un premier EP sur le label espagnol Oraculo Records et est édité par Jaune Orange.
    Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils maîtrisent les codes du genre et savent ce que sont des gimmicks. Ils sont en effet seuls à la manœuvre et nous (...)

  • NinjA Cyborg - The Sunny Road EP

    L’introduction sur leur page Bandcamp est tellement correcte que je m’en voudrais de simplement la paraphraser. “Ce duo pyrénéen dont la passion pour les synthétiseurs analogiques n’a d’égal que leur amour pour le cinéma d’action des années 80, nous livre avec leur premier EP la bande originale d’un nanard action / SF qui aurait pu sortir en 1985, le tout mis en scène à grands coups de Juno 60 et de TR606”. Voilà tout est dit ou presque, sauf que je vous dois un commentaire sur le résultat.
    La série (...)

  • Hermetic Delight - F.A. Cult

    Il est étonnant de voir à quel point la scène d’influence cold est vivace chez nos voisins du sud. Rien que cette année on a déjà entendu Princess Thailand, Sure sans oublier des formations comme Lebanon Hanover. Sans aller sur des traces aussi batcave, on peut pour partie placer les Strasbourgeois d’Hermetic Delight dans cette mouvance. Au moins pour une part parce qu’il y a aussi beaucoup d’autres choses ici.
    Des éléments dream pop par exemple, ce qui n’est pas exactement une excentricité dans la (...)