Accueil > Musique > 2005 > The Departure : Dirty Words

The Departure : Dirty Words

mercredi 16 août 2006, par Marc


A-a-a-a-a-années quatre-vingt,
A-a-a-a-a-années septante-dix.

Ainsi s’exprimait Jean-Luc Fonck au début de sa panne d’inspiration. Et c’est une rengaine que l’on peut resservir à beaucoup de groupes de 2005. Ca sent le piège à jeunes à plein nez.

Alors, en aveugle, est-on en train d’écouter October, New gold dream ou Heaven up here (respectivement albums du début des eighties de U2, Simple minds et Echo and the bunnymen) ? Aucun des trois, en fait, il s’agit du premier opus de The Departure. Seul le son de basse, plus groovy que les canons de l’époque (P.I.L. ?) aurait pu les trahir.

Il faut dire que l’imitation est assez fidèle, reprenant même des poncifs plus entendus depuis longtemps comme les riffs échoïsés de Just like TV.
Le côté dansant est plus marqué chez The Departure que chez Editors et Interpol par exemple, pour ne citer que des groupes récents de mêmes catégorie. Ils sont moins influencés par Joy Division que par les autres glorieux aînés en quelque sorte.

Une fois qu’on a compris le principe, il y a cependant peu de titres transcendants à se mettre sous la dent même si Be my ennemy, Only human ou la plage titulaire valent le déplacement.

Plus qu’Interpol ou The Bravery, ce sont eux les porteurs du flambeau du rock flamboyant et dansant. Grâce à une qualité d’écriture et une intensité d’interprétation qui donne le petit plus. Qu’on se rapelle cependant qu’il ne s’agit que d’un concours de décalques. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Projet Marina - Loin des Dons Célestes

    On le répète même si c’est une invitation implicite au remplissage de boîte mail, découvrir les artistes en ligne directe est toujours un plaisir. Et c’est ainsi qu’on a rattrapé avec leur second album le train du duo français.
    Il pratique une musique d’hybridation, entre veine froide électronique des eighties et tentations plus modernes. Mais s’ils revendiquent une inspiration de Tuxedomoon dont le violoniste Blaine Reininger vient relever deux morceaux ou Coil, on n’approche jamais du versant abrupt (...)

  • Ultra Sunn - Night Is Mine (EP)

    Vous commencez à nous connaître, vous savez qu’on ne recule jamais devant une petite dose de darkwave bien sentie. Musique de niche et de passionnés, elle garde une étonnante vivacité. Le duo mixte du jour (Sam Hugé et Gaelle Souflet) nous vient de Bruxelles et sort un premier EP sur le label espagnol Oraculo Records et est édité par Jaune Orange.
    Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils maîtrisent les codes du genre et savent ce que sont des gimmicks. Ils sont en effet seuls à la manœuvre et nous (...)

  • NinjA Cyborg - The Sunny Road EP

    L’introduction sur leur page Bandcamp est tellement correcte que je m’en voudrais de simplement la paraphraser. “Ce duo pyrénéen dont la passion pour les synthétiseurs analogiques n’a d’égal que leur amour pour le cinéma d’action des années 80, nous livre avec leur premier EP la bande originale d’un nanard action / SF qui aurait pu sortir en 1985, le tout mis en scène à grands coups de Juno 60 et de TR606”. Voilà tout est dit ou presque, sauf que je vous dois un commentaire sur le résultat.
    La série (...)

  • Hermetic Delight - F.A. Cult

    Il est étonnant de voir à quel point la scène d’influence cold est vivace chez nos voisins du sud. Rien que cette année on a déjà entendu Princess Thailand, Sure sans oublier des formations comme Lebanon Hanover. Sans aller sur des traces aussi batcave, on peut pour partie placer les Strasbourgeois d’Hermetic Delight dans cette mouvance. Au moins pour une part parce qu’il y a aussi beaucoup d’autres choses ici.
    Des éléments dream pop par exemple, ce qui n’est pas exactement une excentricité dans la (...)