Accueil > Musique > 2017 > Grizzly Bear - Painted Ruins

Grizzly Bear - Painted Ruins

jeudi 14 septembre 2017, par Marc


Il ne faut pas banaliser l’excellence. Parce qu’elle reste l’exception. Pourtant, certaines formations en ont fait leur fonds de commerce, à un tel point qu’on ne se surprend même plus à adorer album après album après album. Painted Ruins est ainsi devenu un des albums les plus attendus de l’année tant le groupe nous avait habitués à de très bonnes choses. Leur brevet d’invincibilité ne sera pas écorné cette-fois-ci même s’il faudra plus de temps pour s’en imprégner et si l’évidence lumineuse se remarque dans des détails plus que dans l’ensemble.

Quand les mots ne sont plus suffisants pour l’analyse, on se rabat sur une métaphore plus ou moins poussée. Le plaisir d’un jardin labyrinthe est celui de la balade sans but précis, pas l’énervement de ne pas trouver la sortie. Et dans ce labyrinthe-ci, il faut avouer qu’on a pris du plaisir. On est parfois en peine d’expliquer ce qu’on y a vu précisément, il semble que toutes les visites étaient presque identiques mais pas vraiment. Chaque tour nous a fait découvrir des coins nouveaux ou pas du tout, et le paysage semblait se déplacer avec nous. D’ailleurs, on retrouve cette comparaison sur Losing All Senses

But it’s a maze and there’s nothing to be found
It just leads me away from my end goal

Mourning Sound et sa basse presque curesque était déjà connu et fait toujours son petit effet. La mélodie est plus identifiable surtout. Parce que les lignes mélodies sont toujours tortueuses mais ne sont jamais des prétextes à démonstrations vocales. L’album commence ainsi par un morceau qui n’est pas le plus limpide mais qui nous permet de reprendre contact avec eux.

Pour certains albums, il faudrait pouvoir évaluer un ratio écoute/commentaires. Parce que dans ce cas-ci, les écoutes sont vraiment nombreuses et les commentaires peu nombreux. Mais les écoutes peuvent se multiplier sans problème, permettant de noter ce qui nous plait le plus. On constate aussi un léger creux en milieu d’album avant de retrouver les moments les plus saignants. Three Rings monte bien haut, avec des strates qui s’enroulent en spirales, ce discret roulement, la mélodie de Neighbors est mélancolique à souhait et ils nous gratifient de passages vraiment puissants (Cut-Out) ou de magnifiques zébrures d’éclairs (forcément) électriques sur Sky Took Hold.

Certes, on ne sera pas long à décrire le plaisir d’écoute procuré par ce Painted Ruins, il n’en reste pas moins que la formation garde son style, ses qualités et ne semble jamais perdre son inspiration.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Grizzly Bear - Painted Ruins 23 septembre 2017 22:11, par Pierre

    Bonjour,

    Je vous trouve un peu dur (dans la notation) car cet album n’a que le défaut d’arriver après Shields qui était excellent.
    Certes, il n’y a pas de grandes envolées comme dans Veckatimest, mais aucun morceau n’est réellement à jeter, ce qui n’est pas toujours le cas avec les albums de Grizzly Bear.
    Il y a ce même souci du détail dans chaque titre qui est comme vous le disiez un peu plus long à révéler que dans les précédents opus.
    J’ai hâte de les voir en Octobre à Paris avec un peu d’inquiétude malgré tout car je ne sais pas ce qu’ils donnent sur scène.
    Merci pour cette chronique,

    repondre message

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)