Accueil > Critiques > 2017

Wolf Parade - Cry, Cry, Cry

lundi 16 octobre 2017, par marc


Voici un retour qu’on n’espérait plus. Tout d’abord parce que le hiatus semblait ne pas devoir avoir de fin. Ensuite parce que les deux plus créatifs de ses membres nous avaient gratifiés de tellement bonnes choses séparément (souvent meilleures que leur Expo 86 d’ailleurs) que le manque n’était pas là. Pour mémoire, citons pour Dan Boeckner Handsome Furs, Divine Fits ou Operators et pour Spencer Krug les merveilles de Moonface (tout seul ou avec Siinai), Sunset Rubdown ou Swan Lake. On le voit, mieux que des albums d’attente.

On les connait, on apprécie leur talent et leur éthique, et on se doutait bien que s’ils disaient avoir pris du plaisir à rejouer ensemble pour quelques festivals en 2016, ils en viendraient à recomposer ensemble. Avec Clap Your Hands Say Yeah, Arcade Fire, LCD Soundsystem, Vitalic, The National et Spoon, ils semblent s’être donné rendez-vous pour nous faire revivre l’année 2005.

Leur premier album commençait par un morceau hallucinant (You Are A Runner) qui nous a scotchés pour les douze années qui ont suivi. On n’en est pas là, mais on sent qu’il se passe quelque chose sur Lazarus Online. Bien plus que sur l’EP qui avait entériné leur retour mais aucun de ses titres n’est présent ici.

Si le son apparaît comme moins brut, ils ont gardé leur belle intensité. Ils n’ont pas mis d’eau dans leur vin, ni tenté de retrouver ce qui avait fait leur relatif succès. Ceci dit, ils capitalisent aussi sur leur expérience et leurs indéniables qualités. Par exemple, il y a ici de la pulsation. Toujours, partout. C’est une union de talents et il m’a fallu un peu de temps (et une demi-douzaine de projets parallèles) pour en distinguer les éléments. La force d’incantation est Boecknerienne mais les claviers moins secs sont Kruguiens. Dans le casting, il ne faut évidemment pas oublier l’excellente section rythmique qui apporte le gros son et la pulsation qui sont la colonne vertébrale des interventions des deux comparses du devant de scène.

Tout n’est pas renversant (Files On The Sun par exemple) mais il n’y a rien à jeter non plus, leur engagement fait encore et toujours la différence. Ils passent parfois en force, certes, mais ça passe toujours. De plus, certains morceaux se permettent de se relancer. Il faudra sans doute attendre un concert pour voir ce que la remontée de Files On The Sun peut donner, ce que le roulement de batterie implacable de Weaponized réserve.

Dans les qualités qu’ils ont su garder, on citera aussi l’étrange groove de Baby Blue, avec des sons que Krug a utilisé chez Moonface première époque et des changements d’accords qui frappent fort et juste (King of Piss and Paper).

Le retour de Wolf Parade est une bonne surprise parce que ce Cry Cry Cry est supérieur à l’attente, laquelle n’était pas il est vrai à la hauteur des talents de Boeckner et Krug. Le meilleur retour d’une année qui n’en manque pourtant pas ? C’est bien possible.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)

  • Boeckner – Boeckner !

    Les carrières de Spencer Krug et Dan Boeckner n’en finissent plus de se croiser. Ainsi, après Wolf Parade (leur groupe commun), Handsome Furs, Divine Fits et Operators, le voici qui utilise également son nom pour la suite de sa carrière (solo). On a beau retrouver un univers musical très familier, ceci n’est pas exactement identique à ce qu’on lui connait déjà.
    Il faut dire aussi que si Moonface (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • Spencer Krug - I Just Drew This Knife

    Les choses sont sans doute un peu plus simples depuis que Spencer Krug officie sous son nom propre mais ce n’est pas ça qui a ralenti sa légendaire productivité. Pour jeter un peu de confusion tout de même, il reprend la route avec Sunset Rubdown...
    La transition de Moonface à Spencer Krug s’est faite en même temps que son apparition sur Patreon. En gros, c’était le versant plus personnel, distillé (...)

  • Metric – Fromentera II

    En général, la productivité d’un.e artiste croit rarement avec les années. Mais il y a des exceptions. Alors que leur rythme était plutôt d’un album tous les trois ans, Metric livre déjà un successeur au Fromentera sorti l’an passé. Il se présente d’ailleurs comme le second volet d’un dyptique. La premier nous avait d’ailleurs laissé une impression très favorable, avec en exergue un dantesque Doomscroller (...)