Accueil > Musique > 2017 > Wolf Parade - Cry, Cry, Cry

Wolf Parade - Cry, Cry, Cry

lundi 16 octobre 2017, par Marc


Voici un retour qu’on n’espérait plus. Tout d’abord parce que le hiatus semblait ne pas devoir avoir de fin. Ensuite parce que les deux plus créatifs de ses membres nous avaient gratifiés de tellement bonnes choses séparément (souvent meilleures que leur Expo 86 d’ailleurs) que le manque n’était pas là. Pour mémoire, citons pour Dan Boeckner Handsome Furs, Divine Fits ou Operators et pour Spencer Krug les merveilles de Moonface (tout seul ou avec Siinai), Sunset Rubdown ou Swan Lake. On le voit, mieux que des albums d’attente.

On les connait, on apprécie leur talent et leur éthique, et on se doutait bien que s’ils disaient avoir pris du plaisir à rejouer ensemble pour quelques festivals en 2016, ils en viendraient à recomposer ensemble. Avec Clap Your Hands Say Yeah, Arcade Fire, LCD Soundsystem, Vitalic, The National et Spoon, ils semblent s’être donné rendez-vous pour nous faire revivre l’année 2005.

Leur premier album commençait par un morceau hallucinant (You Are A Runner) qui nous a scotchés pour les douze années qui ont suivi. On n’en est pas là, mais on sent qu’il se passe quelque chose sur Lazarus Online. Bien plus que sur l’EP qui avait entériné leur retour mais aucun de ses titres n’est présent ici.

Si le son apparaît comme moins brut, ils ont gardé leur belle intensité. Ils n’ont pas mis d’eau dans leur vin, ni tenté de retrouver ce qui avait fait leur relatif succès. Ceci dit, ils capitalisent aussi sur leur expérience et leurs indéniables qualités. Par exemple, il y a ici de la pulsation. Toujours, partout. C’est une union de talents et il m’a fallu un peu de temps (et une demi-douzaine de projets parallèles) pour en distinguer les éléments. La force d’incantation est Boecknerienne mais les claviers moins secs sont Kruguiens. Dans le casting, il ne faut évidemment pas oublier l’excellente section rythmique qui apporte le gros son et la pulsation qui sont la colonne vertébrale des interventions des deux comparses du devant de scène.

Tout n’est pas renversant (Files On The Sun par exemple) mais il n’y a rien à jeter non plus, leur engagement fait encore et toujours la différence. Ils passent parfois en force, certes, mais ça passe toujours. De plus, certains morceaux se permettent de se relancer. Il faudra sans doute attendre un concert pour voir ce que la remontée de Files On The Sun peut donner, ce que le roulement de batterie implacable de Weaponized réserve.

Dans les qualités qu’ils ont su garder, on citera aussi l’étrange groove de Baby Blue, avec des sons que Krug a utilisé chez Moonface première époque et des changements d’accords qui frappent fort et juste (King of Piss and Paper).

Le retour de Wolf Parade est une bonne surprise parce que ce Cry Cry Cry est supérieur à l’attente, laquelle n’était pas il est vrai à la hauteur des talents de Boeckner et Krug. Le meilleur retour d’une année qui n’en manque pourtant pas ? C’est bien possible.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Destroyer - Labyrinthitis

    On ne se lassera pas de L’équilibre entre les découvertes continuelles (oui, envoyez plein de choses) et les retours réguliers d’artistes appréciés. Le premier volet s’auto-alimente presque miraculeusement, le second volet est déjà bien fourni cette année.
    Le rock s’est bâti sur un mythe de jeunesse et chaque vague qui est venu après les origines (Punk, grunge, indie...) a prolongé cet état d’esprit. Quand un rock ’adulte’ a émergé, appelé AOR, c’était aussi un repoussoir, une union contre nature qui il (...)