Accueil > Musique > 2017 > Godspeed You ! Black Emperor - Luciferian Towers

Godspeed You ! Black Emperor - Luciferian Towers

mercredi 1er novembre 2017, par Marc


C’est Amélie Nothomb qui nous a rapporté qu’on devait autrefois témoigner son respect envers l’empereur du Japon en montrant stupeur et tremblement. Sans doute qu’à ce niveau, on en fait toujours un peu trop pour la formation canadienne Godspeed You ! Black Emperor mais force est de constater qu’ils possèdent ce peu d’artistes ont à ce niveau, une véritable aura. Qu’ils fatiguent ou fascinent (les mêmes personnes en même temps parfois), ils imposent un respect. Pour reprendre doute qu’on en fait toujours trop face à eux, mais c’est aussi un des plaisirs procurés.

Quand ils se sont reformés il y a 5 ans déjà, on était déjà bien contents d’avoir un album (de très bonne facture forcément), de pouvoir enfin les voir en concert. Ils ont fameusement maintenu le cap, sachant qu’ils n’ont de toute façon jamais livré d’album faible. Plus que leur style finalement immuable, c’est surtout la structure et l’organisation des albums qui distinguent leurs livraisons.

Alors qu’on retrouvait une suite cohérente et volontiers complexe sur Asunder, Sweet and Other Distress, on retrouve ici deux morceaux en une pièce et deux autres saucissonnées en trois, comme au bon vieux temps du rock progressif.

Undoing A Luciferian Tower est morceau d’introduction assez classique en leur chef, forcément majestueux mais qui s’apprécie mieux dans le contexte d’un album. Fam/famine est un morceau qui se suffit à lui-même, avec assez de majesté. Leur pouvoir de chaos est assez insurpassable, leur laissant une franche longueur d’avance sur tous ceux qui voudraient s’y frotter. Lesquels ne s’y risquent qu’en marge.

Ils déploient donc toute leur verve sur deux pièces en trois parties chacune, avec une progression indéniable. Ils ressortent pour l’occasion les cornemuses (ou autre instrument s’en approchant). La première partie de Bosses Hang est ainsi lancinante, avec mise en place bien fichue du thème récurrent en version ample et majestueuse. La deuxième partie part sur le tempo et une répétition entêtante. On sait qu’avec l’arsenal déployé, ils sont inarrêtables. Et ils ne s’arrêtent pas là, avec une troisième partie qui les amène tout là-haut, avec un riff simple mais lancinant, composé couche par couche et proprement irrésistible.

La première partie d’Anthem for No State fait partie de ces morceaux faussement calmes. Si vous le prenez en son milieu, il y a déjà beaucoup d’instruments, de couches qui s’entrelacent. La troisième partie propose ainsi un climax paradoxal, une ampleur majestueuse et toujours un peu inquiétante, un apport de luminosité par le violon de Sophie Trudeau

C’est évidemment pour ces moments-là qu’on est venus et qu’on reviendra encore. On vient chercher son adrénaline ici, les moments terrifiants qui balayent en un basculement d’accords la parfois trop longue mise en place. En gros, Godspeed n’accepte toujours pas le compromis et rame décidément à contre-courant de la culture actuelle de la playlist qui remodèle le paysage musical.

Cet album de Godspeed est plus ‘lisible’ que le précédent, comporte moins de moments bruitistes et de paquets de sons. Son accessibilité permet de l’écouter encore et encore, dans toutes les circonstances et toutes les humeurs. Parce qu’ils gardent un peu de chaos, beaucoup d’intensité, de la noirceur et de la lumière, on retrouve le groupe canadien en terrain connu, territoire qu’ils sont décidément les seuls à habiter, qu’on aborde comme il se doit avec stupeur et tremblements.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membres de Chausse Trappe et de Papier Tigre) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. Avec une (...)

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à la fin, et de le faire en grand. Flanqués de Jean-Michel Pirès (The Married Monk, Bruit Noir), Eric (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)

  • Metric – Fromentera

    Il est troublant de noter le retour de Metric quelques semaines après celui de Stars. On associe mentalement les deux groupes de Toronto parce qu’ils sont contemporains, que les chanteuses ont toutes deux participé à des albums de Broken Social Scene et surtout parce qu’ils ne nous ont jamais vraiment déçus.
    On sait tout de suite qu’on ne le sera pas cette fois-ci non plus grâce à Doomscroller. Leur caractéristique, c’est la tension de toute façon et elle est bien là. Ajouter des beats sans tomber (...)

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici
    Sans doute que le (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)