Accueil > Musique > 2005 > dEUS : Pocket Revolution

dEUS : Pocket Revolution

mercredi 16 août 2006, par Marc


Pour les impatients : c’est un excellent album, allez-y les yeux fermés.
Pour ceux qui sont encore là, on va en causer un peu.

Après la fureur de Worst case scenario et les expérimentations pas toujours abouties de In A Bar, Under The Sea, c’est The Ideal Crash qui donnait l’idée la plus précise de là où Tom Barman voulait aller. On pourrait avec ce Pocket Revolution dire qu’il y est presque arrivé. Il a commis ce qu’on attendait de lui : un autre album de dEUS. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il s’est fait attendre puisqu’il y a douze mois on l’attendait pour janvier 2005.

Quatrième album en onze ans, on ne peut pas dire que la discographie de dEUS soit pléthorique. Mais au vu des changements de castings opérés entre temps et aux innombrables projets de tous les membres. Spécialement ceux du leader Tom Barman, qui avait donné à l’année écoulée une de ses plus intéressantes plaques electro (l’album de Magnus) et avant ça, rien moins qu’un long-métrage (Fred, tu rattrapes ça quand tu veux...). Mais dans ce qui pourrait sembler une dispersion, les influences ont été glânées. Les moments calmes du sismique Start stop nature ou l’entièreté de What we talk about porte la marque discrète de The Body Gave you everything.

On retrouve quelques titres déjà entendus, notamment au Pukkelpop l’an passé (If you don’t get what you want qui reçoit ici une version définitive vraiment convaincante).

Après une absence et une attente pareilles, il faut soigner son entrée. Qu’on se rassure, Bad timing est tout simplement somptueux. Le son de guitare est parfait, l’énergie contenue, les couches de musique se superposent. On pourrait arrêter là, on sait qu’on tient un classique de la trempe de la seconde partie d’Instant street ou de l’inoxydable Roses. Si la suite est un peu de deça (même s’il s’agit du single annonciateur 7 days, 7 nights), il ne s’agit que d’une pause.
dEUS flotte haut dans les cimes, du côté de Radiohead, Massive Attack et... personne d’autre finalement (Celui qui a dit Coldplay, là-bas au fond, il sort...).

Quand la curiosité et l’éclectisme des débuts reviennent on est tout content (Night shopping). De même, la plage titulaire présente aussi plusieurs climats distincts, une des marques de fabrique de dEUS, comme le signe de ce que devrait être le rock progressif des années 2000. Je suis personnellement plus preneur de leurs moments plus nerveux comme les secousses telluriques de Bad Timing ou Sun Ra et sa tension rentrée.

Ils prennent congé de nous avec classe (Nothing really ends comme pour nous remercier pour notre attente). La réussite est d’évoluer, de proposer chaque fois quelque chose de différent mais identifiable. Plus nerveux finalement que le prédécesseur, il ne fait pas fi du temps qui a passé depuis.

Intense mais digeste, nerveux mais maîtrisé, proposant une grande variété de niveaux de lecture, cet album est tout simplement indispensable. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)