Accueil > Critiques > 2017

The imaginary Suitcase - Thy Grace and Wisdom

mercredi 8 novembre 2017, par marc


Pour certains artistes prolifiques, un gap de trois ans semble une éternité. Ceci dit, Laurent Leemans a eu dans l’intervalle le temps de ressusciter La Vierge Du Chancelier Rolin, ce qui a pu raviver de bien beaux souvenirs de l’aube des nineties.

Mais le temps passé n’a pas changé ses ambitions ni son style, lequel garde le fond et la forme tout en changeant des détails pour ne pas que tout se ressemble. Par exemple, il semble capter des éléments de Morrissey (qu’il aime beaucoup) sur Love Is The Most Overrated Thing In The World. Le titre est un indicateur, mais la mélodie est aussi digne du Moz, tout comme le ton narquois qu’on lui connaissait déjà et passe ici encore un palier, livrant un intéressant mélange de pessimisme foncier et de lumière qui traverse cet album. Il boucle la boucle d’ailleurs avec Love is the most wonderful thing in the world sur Wonderful.

Il ne faut toujours pas grand’chose pour que ça marche. Des mélodies bien entendu (This Stony Ground) et surtout sa voix. Elle reçoit en renfort une voix féminine sur The Rest Of the World mais ne semble pas être celle de Saysyle ou elle a perdu son étrange accent. Ce duo est relevé de quelques cloches et c’est fort bien comme ça.

Il ménage même des intermèdes instrumentaux pour montrer que question picking, il maîtrise son sujet. Dans le contexte de cet album très acoustique, c’est assez raccord. Et même quand il passe en up-tempo sur I Had To Run, il n’y a qu’un petit effet sur la guitare suffit dans ces cas-là (et un peu d’harmonica à la fin, ce qui ne dépare évidemment pas l’ensemble). On dirait aussi que quand il se produit en concert, c’est seul, ce qui pourrait aussi expliquer ce choix artistique. On ajoutera pour l’anecdote une citation du Cream de Prince sur Wild Lady qui lorgne plus du côté d’un blues acoustique.

Plus ample, sans doute revigoré par la reformation temporaire d’une formation historique (pour des gens comme moi), ce nouvel album de The Imaginary Suitcase suit logiquement la trace des précédents, un americana mis à sa sauce, un ton personnel dans des paroles qui ne se planquent jamais dans l’abstraction et évidemment une voix qui ne peut que plaire.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)

  • Peritelle - l’Ampleur des Dégâts

    Alors que les dossiers de presse font état d’un album qui n’existe que dans la tête de ceux qui le défendent, il est difficile de faire mieux que Un album de la presque-maturité où la mélancolie succède presque au second degré... Cela risque d’en faire pleurer plus d’un·e !
    Cette laconique présentation met le doigt sur ce qui fait la spécificité de Peritelle, ’presque’. Parce que c’est dans ces (...)

  • Isbells - Basegemiti

    Isbells avait toujours été associé avec une formation comme Marble Sounds. Les deux groupes ont partagé certains membres et étaient sociétaires du même et attachant label Zeal Records et pratiquaient des genres musicaux similaires. Si Marble Sounds a continué sur la même voie jusqu’au dernier album en date, Isbells semble prendre la tangente. Ils ont donc changé de label, de management et même de (...)

  • La Jungle – Blurry Landscapes

    S’il en est qui ne semblent jamais s’arrêter, ce sont bien les deux turbulents Rémy Venant et Mathieu Flasse. On se remet à peine d’Ephemeral Feast que voici déjà son successeur. Il faut dire que ces deux album ont été tous deux composés pendant les confinements. Un simple album de plus alors ?
    Pas vraiment parce qu’il y a ici une composante visuelle. Ils ont eu en effet l’idée de proposer à dix (...)

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)

  • Harp - Albion

    Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.
    Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa (...)

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)