Accueil > Musique > 2017 > Gil Hockman - Becoming

Gil Hockman - Becoming

mercredi 22 novembre 2017, par Marc


On l’a déjà dit, un album écouté sur deux ne débouche pas sur un article. Ce qui ne veut aucunement dire qu’ils ne nous plaisent pas, le manque de temps est la cause la plus fréquente. C’est ce qui est arrivé à Dolorous du Sud-Africain Gil Hockman. Voici donc une chance de nous amender. Surtout que ce qu’on entend ici est une version plus aboutie encore de ce qu’on connaissait déjà.

Passons vite sur la voix. Elle avait visiblement été qualifiée de ‘douloureuse’, ce qui avait donné le titre du premier album. Bien franchement, on a un peu de mal à définir pourquoi, elle se place assez bas sur une échelle de 4 à Vic Chestnut. Elle marque le pas question justesse en quelques occasions (notamment sur le parlé/chanté Talking To A Man). Mais l’effet n’est pas déplaisant non plus, ça ajoute un peu de branque à ce qui pourrait parfois être un peu propret. La voix et les arrangements parfois plus touffus lui confèrent un petit air de The Notwist (Rope_ankle, Coming In qui fait mouche)

Une boite à rythme déboule en effet dès le premier morceau et son côté un peu trop brut contraste avec la douceur des voix. Mais ce n’est pas un procédé qu’il réitèrera souvent en l’état. Il est en effet bien plus dense dans ses usages électroniques ultérieurs. On peut ainsi compter sue la jolie mélodie de The Days of Our Lives avant que des éléments électroniques n’arrivent. Mais les compositions lui permettent de garder un Somewhere Else très dépouillé alors qu’un petit arpège et un orgue suffisent à Top of The Hill.

Sans doute immédiatement moins émouvant que, disons Low Roar ou The Notwist dans un genre connexe, ce que fait Gil Hockman a sans doute encore une certaine marge de progression. Son second album est en tout cas plus consistant et si la maîtrise vocale n’est pas à l’ordre du jour, il lance quelques pistes qu’on aimerait lui voir approfondir à l’avenir.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il n’en est pas directement question. Par exemple, Diamond Rings sort clairement des clous du camp de base (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)