Accueil > Musique > 2017 > The/Das - Exit Strategies

The/Das - Exit Strategies

lundi 4 décembre 2017, par Marc


Emporté par le flot continu des sorties, j’ai mis un temps trop grand avant de partager mon enthousiasme pour le premier album de The/Das. Maintenant que c’est fait, on peut se pencher ensemble sur leur seconde réalisation. Autant le dire tout de suite, il ne faut pas ici s’attendre à retrouver tout ce qui nous avait tant plus sur Freezer. Ce qui ne veut pas dire que ce qu’on entend est dénué d’intérêt, mais le style a sensiblement évolué et il faut quelques écoutes pour diluer le souvenir et se concentrer sur le présent. Comme le premier, c’est un album qu’on a ‘usé’ par beaucoup d’écoutes et qui se révèle très apte aux fortes rotations.

Ce qui n’a pas changé, c’est la science du son mais elle est mise au service d’un genre un peu différent, plutôt bercé de house minimale si vous voulez mon avis. On retrouve des sons typiques du genre sur Nano Spinacio et Drug Dilling en est un autre exemple frappant, avec des sons plus happy qui viennent rehausser la fin de morceau.

Le premier morceau est pourtant dans la continuité du premier album, avec une atmosphère languide et des voix de tête qui ne sont pas sans rappeler Tv On The Radio. On retrouve au final moins de mélancolie, certes, mais toujours du groove cotonneux. Love Boat avec ses vocaux volontairement décalés se présente un peu comme la house détendue qu’on goûte peu ici mais déployé avec une compétence certaine.

Il faudra attendre un peu pour la pulsation qui viendra avec Ischia dont le son un peu deep qui couvre bien le tout et sert de lancement à une voix africaine qui apporte un décalage bienvenu et pas biscornu pour le coup. L’éclectisme n’est que de façade et n’apparait que quand on détaille, pas à l’écoute intégrale qui voit s’enchainer sans problème le très atmosphérique Brace For landing, le long Moon est un morceau qui n’aurait pas déparé l’historique Transitions de Richie Hawtin, sorte de manifeste minimal.

On a moins de morceaux plus ‘pop’ couverts par des sons vraiment aux petits oignons, ils misent ici plus sur les ambiances et le travail du son. C’est de la subtilité que naît l’intensité sur Dog Sled ou Fool You avec ses éclats de voix éthérées.

Sans doute un peu moins percutant parce que plus contemplatif et moins orienté ‘chanson’, la suite de l’excellent Frozen sait prendre son temps. On l’avait déjà dit pour Apparatou Moderat, il est indéniable que pour certains pans de la musique électronique, les Teutons gardent la main. Cette technique leur permet de sensiblement faire évoluer leur style sans perdre leur âme ni leur intérêt.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi membre de C’mon Tigre qui avait déjà tenté et réussi de grands écarts et on retrouve ce bel éclectisme (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui est explorée ici par le batteur et percussionniste Jean-Baptiste Geoffroy (aussi membre de formations au (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version de cet album basé sur des enregistrements glanés au long de 5 années de créations est déjà sortie l’an (...)

  • Jeanne Added – By Your Side

    Il est parfois facile avec du recul de tracer une trajectoire musicale. Si on considère que le second de ses excellents albums montrait un certain assagissement, celui-ci confirme cette tendance, avec un déplacement de l’équilibre qui nous plait moins comme on va le voir.
    Si on écoute aujourd’hui un album de Jeanne Added, c’est qu’on a décelé tout de suite dans sa synth-pop une interprétation au-dessus de la moyenne. On le sent dès It’s a Lie. Hey Boy est plus calme que ce qu’on lui connaissait et on (...)