Accueil > Musique > 2005 > Echo And The Bunnyman : Siberia

Echo And The Bunnyman : Siberia

mercredi 16 août 2006, par Marc


Mais qu’est-ce qui a pu réveiller Echo and The bunnymen ? La vague de nouveaux groupes anglais pillant sans vergogne les excellents et anciens Heaven up here et Ocean rain (The Departure, Editors) ? La volonté de montrer que l’original est supérieur à la copie ? Difficile de trancher tant cet album distille des sentiments divers et mitigés.

Car contrairement à The Cure, par exemple, la musique de Echo et de ses hommes lapins évolue inexorablement vers une pop de plus en plus légère. Non que ce soit en soi un mauvais choix (ils ont un talent certain là-dedans), mais la force passée de ce groupe résidait quand même dans une intensité certaine, que venait balancer des accents pop qui évitèrent les clichés gothiques pour résister aux outrages du temps (Ocean rain est à ce titre exemplaire), laissant à Simple Minds et U2 le soin de remplir les stades.

Que vaut donc le cuvée 2005 dès lors ? Eh bien elle est à deux vitesses. On ne va, si vous le voulez bien, ne s’intéresser qu’à la plus haute.
Car le niveau ne se hausse que quand les guitares se font moins aériennes et anecdotiques (In the margins), que le propos se veut plus rentre-dedans (tout est relatif avec Of a life) ou quand les guitares sont moins en retrait (Scissors in the sand), voire quand ils s’essaient à la balade puisque la mélodie tient la route. Mais bon, ça ne vous tirera pas de larmes. Si ça devait être le cas, n’hésitez pas à consulter... Le reste, vous l’aurez deviné, est bien plus dispensable.

La voix toujours unique de Ian Mac culloch est toujours un petit plus mais De toute façon trop pop pour rester en mémoire ou mériter un écoute plus que distraite et dans les albums ’récents’, on préférera Evergreen.
On retrouve les sincères Echo and de Bunnymen avec plaisir mais on ne nous empêchera de trouver les Editors ou The Departure plus poignants dans le même registre.

Ceci dit, je n’échangerais pas mon baril de Echo and the Bunnymen contre un récent de Simple minds, U2 ou New Order. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Projet Marina - Loin des Dons Célestes

    On le répète même si c’est une invitation implicite au remplissage de boîte mail, découvrir les artistes en ligne directe est toujours un plaisir. Et c’est ainsi qu’on a rattrapé avec leur second album le train du duo français.
    Il pratique une musique d’hybridation, entre veine froide électronique des eighties et tentations plus modernes. Mais s’ils revendiquent une inspiration de Tuxedomoon dont le violoniste Blaine Reininger vient relever deux morceaux ou Coil, on n’approche jamais du versant abrupt (...)

  • Ultra Sunn - Night Is Mine (EP)

    Vous commencez à nous connaître, vous savez qu’on ne recule jamais devant une petite dose de darkwave bien sentie. Musique de niche et de passionnés, elle garde une étonnante vivacité. Le duo mixte du jour (Sam Hugé et Gaelle Souflet) nous vient de Bruxelles et sort un premier EP sur le label espagnol Oraculo Records et est édité par Jaune Orange.
    Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils maîtrisent les codes du genre et savent ce que sont des gimmicks. Ils sont en effet seuls à la manœuvre et nous (...)

  • NinjA Cyborg - The Sunny Road EP

    L’introduction sur leur page Bandcamp est tellement correcte que je m’en voudrais de simplement la paraphraser. “Ce duo pyrénéen dont la passion pour les synthétiseurs analogiques n’a d’égal que leur amour pour le cinéma d’action des années 80, nous livre avec leur premier EP la bande originale d’un nanard action / SF qui aurait pu sortir en 1985, le tout mis en scène à grands coups de Juno 60 et de TR606”. Voilà tout est dit ou presque, sauf que je vous dois un commentaire sur le résultat.
    La série (...)

  • Hermetic Delight - F.A. Cult

    Il est étonnant de voir à quel point la scène d’influence cold est vivace chez nos voisins du sud. Rien que cette année on a déjà entendu Princess Thailand, Sure sans oublier des formations comme Lebanon Hanover. Sans aller sur des traces aussi batcave, on peut pour partie placer les Strasbourgeois d’Hermetic Delight dans cette mouvance. Au moins pour une part parce qu’il y a aussi beaucoup d’autres choses ici.
    Des éléments dream pop par exemple, ce qui n’est pas exactement une excentricité dans la (...)