Accueil > Musique > 2018 > Das Geld - Hesitations

Das Geld - Hesitations

vendredi 23 mars 2018, par Marc


De ce duo on ne sait pratiquement sait rien sinon qu’ils s’appellent Benjamin et Simon (ou Karl et Herman, ce n’est pas clair…). Ils sont par contre plus clairs sur leurs intentions, leur but étant de mêler le sens de l’improvisation permis par le drone l’approche ludique et facile d’accès de la dance. A priori, ce mélange semble compliqué puisque le drone est une musique dense et basée sur les structures et dont les rythmes sont absents, soit l’opposé de la dance-music.

Pour être complètement honnête, si la démarche semble claire, on ne cherchera pas ici à trouver des passages drone. Si ça a pu se révéler utile dans la genèse des morceaux et transparaît dans l’épaisseur bienvenue du son et une présence forte de la distorsion, il ne faut pas prendre cette apposition au pied de la lettre. Surtout qu’au final, on retrouve ici des morceaux qui ne sont pas vraiment drones mais pourraient à l’occasion affoler les dancefloors. Plutôt pogo d’ailleurs si vous voulez mon avis d’ancien.

D’emblée puissant cet album a pu rappeler les belles heures de Black Strobe, avec le même côté un peu roublard sur les bords, de la distorsion et des riffs de clavier (ça existe, ça ?). La pulsation est en effet très electro et le son peut se faire très dense (A Soft Kiss In Saint-Louis). Cela dit, ils dégagent leur meilleur quand ils passent sur la force et non la vitesse (Oceanopolis). Cet album évolue d’ailleurs vers plus d’énergie, dégageant une chouette sauvagerie (Minishorts) et sortant la grosse distorsion sur Crousticroc.

Une bonne grosse dose d’énergie et de fun, un son épais comme il le faut, Das Geld se donne les moyens de ses ambitions et livre un album dense et digeste à la fois. La fusion des contraires n’engendre pas nécessairement le tiède.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)