Accueil > Musique > 2018 > Das Geld - Hesitations

Das Geld - Hesitations

vendredi 23 mars 2018, par Marc


De ce duo on ne sait pratiquement sait rien sinon qu’ils s’appellent Benjamin et Simon (ou Karl et Herman, ce n’est pas clair…). Ils sont par contre plus clairs sur leurs intentions, leur but étant de mêler le sens de l’improvisation permis par le drone l’approche ludique et facile d’accès de la dance. A priori, ce mélange semble compliqué puisque le drone est une musique dense et basée sur les structures et dont les rythmes sont absents, soit l’opposé de la dance-music.

Pour être complètement honnête, si la démarche semble claire, on ne cherchera pas ici à trouver des passages drone. Si ça a pu se révéler utile dans la genèse des morceaux et transparaît dans l’épaisseur bienvenue du son et une présence forte de la distorsion, il ne faut pas prendre cette apposition au pied de la lettre. Surtout qu’au final, on retrouve ici des morceaux qui ne sont pas vraiment drones mais pourraient à l’occasion affoler les dancefloors. Plutôt pogo d’ailleurs si vous voulez mon avis d’ancien.

D’emblée puissant cet album a pu rappeler les belles heures de Black Strobe, avec le même côté un peu roublard sur les bords, de la distorsion et des riffs de clavier (ça existe, ça ?). La pulsation est en effet très electro et le son peut se faire très dense (A Soft Kiss In Saint-Louis). Cela dit, ils dégagent leur meilleur quand ils passent sur la force et non la vitesse (Oceanopolis). Cet album évolue d’ailleurs vers plus d’énergie, dégageant une chouette sauvagerie (Minishorts) et sortant la grosse distorsion sur Crousticroc.

Une bonne grosse dose d’énergie et de fun, un son épais comme il le faut, Das Geld se donne les moyens de ses ambitions et livre un album dense et digeste à la fois. La fusion des contraires n’engendre pas nécessairement le tiède.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)