Accueil > Musique > 2018 > The Decemberists - I’ll Be Your Girl

The Decemberists - I’ll Be Your Girl

mardi 3 avril 2018, par Marc


Même ceux qu’on croit connaitre le mieux peuvent nous réserver quelques petites surprises. Par exemple, sur le premier morceau de leur dernier album, le tellement groupe sympathique de Portland, Oregon nous gratifie de quelques synthétiseurs. On ne voit peut-être pas immédiatement leur apport et on découvre que c’est John Congleton qui est à la production. Cet incontournable maître du son a enluminé bien des bonnes choses récemment (liste complète ici) mais c’est avec Xiu Xiu qu’on l’avait découvert.

On retrouve aussi ces synthés aussi sur Cutting Stone mais leur écriture n’a pas suivi la même évolution. C’est heureux, certes, mais on se surprend à penser que ce ne sont pas les atours les plus pertinents pour le groupe. Chipotages, je vous l’accorde tant le morceau est fidèle à leur genre. Et c’est ça le plus important, on sait qu’on peut compter sur un songwriting de très haut niveau que le son gonflé ne met pas sous l’éteignoir.

Ce traitement, quand il est plus léger, convient bien à des morceaux plus up-tempo comme Your Ghost ou Starwatcher. La pulsation d’un We All Die Young étant presque glam et toujours maîtrisée.

Ils reviennent à une forme plus classique pour eux, limite country, avec un son certes gonflé (Sucker’s Prayer) mais qu’ils ont voulu étrange. Le résultat est en effet plus éloigné de leur veine plus traditionnelle entendue sur The King Is Dead et Long Live The King. Tripping Along est acoustique et ce ne sont pas les discrètes nappes qui viennent le dénaturer. L’espace est donc libre pour l’interprétation toujours intense de Colin Melloy.

Les textes restent simples d’aspect mais toujours ciselés et Everything Is Awful ou Severed peuvent être vus comme une charge anti-Trump. Ce qui est étrange parce qu’on pense souvent que les histoires des Decemberists font partie de la tradition orale et narrative. Ils reviennent d’ailleurs à cette tendance sur un Rusalka plus épique et long. On est forcément contents de les voir revenir à leur domaine de prédilection, à savoir un sens de l’ampleur et de la rupture (la sensation qu’on enchaîne plusieurs morceaux). Souvent même, ils ont utilisé toute la longueur d’un album pour déployer des idées pareilles pour le meilleur (The Crane Wife) ou le pire (The Hazards of Love).

Les synthés sont plutôt concentrés en début d’album, comme pour montrer que ce n’est qu’un essai. Après 17 ans d’existence, un groupe se doit d’essayer des choses, c’est certain et malgré les apparences, la révolution copernicienne n’est donc pas en marche chez la bande de Colin Melloy. L’évolution du son de clavier étant relativement anecdotique puisque le groupe continue à miser sur des qualités d’écriture et une interprétation jamais prise en défaut.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)

  • Jawhar - Tasweerah

    Un Nick Drake des sables, c’est ainsi qu’on nous l’avait présenté, c’est ainsi qu’on l’avait aimé. Mais Jawhar est un artiste, de ceux qui rechignent à se cantonner à un procédé, aussi riche soit-il. Et ce quatrième album s’éloigne sensiblement de cette référence de base. Pas par caprice, c’est tout simplement un effet secondaire de son évolution.
    L’emploi de la langue arabe est toujours un marqueur fort de la musique du Belgo-Tunisien. Evidemment l’anglais ne peut que fonctionner vu les genres pratiqués (Born (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)