Accueil > Musique > 2018 > Of Montreal - White Is Relic/Irrealis Mood

Of Montreal - White Is Relic/Irrealis Mood

vendredi 13 avril 2018, par Marc


Après avoir parlé de 7 albums en 11 ans, il pourrait être tentant de penser qu’on a compris Kevin Barnes et où il voulait aller, qu’on est tombé dans une rassurante habitude. Si les sorties du groupe ne suscitent pas toujours une attente fiévreuse, on n’est jamais à l’abri d’une bonne surprise, d’une tangente prise sans crier gare. On a cru même pouvoir discerner une patte à la… Bob Dylan sur l’excellent Lousy With Sylvanbriar.

Les intentions étaient claires, l’orientation de cet album était la synth-wave des années ’80, style qui lui va forcément bien. On note donc un retour à une forme moins organique et une certaine lourdeur. L’album contient six titres seulement, kilométriques et doubles dans leur formulation. On ne se refait pas, le minimalisme n’a jamais été une marque de fabrique du projet d’Athens (en Géorgie, pas en Grèce…).

Evidemment, on peut compter sur quelques brusques revirements, c’est une des marques de fabrique, faire ressembler certains morceaux, voire albums, à de gigantesques medleys. On note plein d’allant pop en surface pour le bondissant Paranoiac Intervals/Body Dysmorphia qui comporte aussi quelques chouettes allusions à des endroits de Seattle. Sa nouvelle forme peut s’incarner sur le plus abstrait Plateau Phase/No Careerism No Corruption, avec une trame plus compliquée à suivre mais aussi se faire plus mélancolique sur Writing The Circles/Orgone Tropics, un tout petit peu pesant avec une voix féminine. On apprécie aussi particulièrement l’intensification musicale sur If You Talk To Symbol/Hostility Voyeur.

Les sons de synthés qui s’inscrivent dans un revival maintenant vieux de 15 ans et qui s’épanouit même dans les séries télé (Stranger Things, ce genre) mais on peut compter sur Kevin Barnes pour en faire quelque chose de toujours personnel, assez dense et qui a le mérite de ne pas semer l’auditeur en route. Rien que ça en fait une bonne cuvée d’Of Montreal.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)