Accueil > Musique > 2018 > Of Montreal - White Is Relic/Irrealis Mood

Of Montreal - White Is Relic/Irrealis Mood

vendredi 13 avril 2018, par Marc


Après avoir parlé de 7 albums en 11 ans, il pourrait être tentant de penser qu’on a compris Kevin Barnes et où il voulait aller, qu’on est tombé dans une rassurante habitude. Si les sorties du groupe ne suscitent pas toujours une attente fiévreuse, on n’est jamais à l’abri d’une bonne surprise, d’une tangente prise sans crier gare. On a cru même pouvoir discerner une patte à la… Bob Dylan sur l’excellent Lousy With Sylvanbriar.

Les intentions étaient claires, l’orientation de cet album était la synth-wave des années ’80, style qui lui va forcément bien. On note donc un retour à une forme moins organique et une certaine lourdeur. L’album contient six titres seulement, kilométriques et doubles dans leur formulation. On ne se refait pas, le minimalisme n’a jamais été une marque de fabrique du projet d’Athens (en Géorgie, pas en Grèce…).

Evidemment, on peut compter sur quelques brusques revirements, c’est une des marques de fabrique, faire ressembler certains morceaux, voire albums, à de gigantesques medleys. On note plein d’allant pop en surface pour le bondissant Paranoiac Intervals/Body Dysmorphia qui comporte aussi quelques chouettes allusions à des endroits de Seattle. Sa nouvelle forme peut s’incarner sur le plus abstrait Plateau Phase/No Careerism No Corruption, avec une trame plus compliquée à suivre mais aussi se faire plus mélancolique sur Writing The Circles/Orgone Tropics, un tout petit peu pesant avec une voix féminine. On apprécie aussi particulièrement l’intensification musicale sur If You Talk To Symbol/Hostility Voyeur.

Les sons de synthés qui s’inscrivent dans un revival maintenant vieux de 15 ans et qui s’épanouit même dans les séries télé (Stranger Things, ce genre) mais on peut compter sur Kevin Barnes pour en faire quelque chose de toujours personnel, assez dense et qui a le mérite de ne pas semer l’auditeur en route. Rien que ça en fait une bonne cuvée d’Of Montreal.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)