Accueil > Musique > 2018 > Yew - Bam Bam Bam

Yew - Bam Bam Bam

lundi 16 avril 2018, par Marc


Une fois qu’on tire un fil de la bobine des groupes liégeois, on ne se doute pas de la taille de la pelote. De Dan San, on connaissait l’escapade solo de Thomas Médard avec The Feather, celle de Maxime Lhussier avec Pale Grey, voici un autre projet du chanteur Jérôme Magnée avec Yew, lui qui avait déjà accompagné Gaetan Streel. On est donc en terrain plus ou moins connu.

Et d’emblée Qbit est bien prometteur, et la promesse est d’emblée tenue. Il y a de la variation là-dedans, et la fin électrique est un des meilleurs moments de ce Bam Bam Bam, tout comme son équivalent sur More On the Line.

On retrouve la tendance plus policée que Dan San pratiquait sur Shelter. C’est folk dans la teinte mais le résultat est plus ample que ça. On parle parfois de Chamber pop pour cette musique légère et foisonnante à la fois mais ce court album est plus diversifié que ça, privilégiant un chaloupement et une syncope qui les éloigne de tout systématisme. Sur Sacramento, ils combinent ce rythme avec un violon très fiddle qui nous rappelle à quel point on avait aimé le premier album de My Latest Novel. La voix et le violon d’ailleurs ne pourront que plaire aux amateurs de Marc Huyghens (So, Venus, Joy) même si je préfère nettement ceci.

Le spectre balayé par Yew semble assez large sur ce court (8 titres) album. En plus de ce qu’on a mentionné, on peut même entendre une grosse guitare (Large Hydron Collider) ou du folk tout ce qu’il y a de traditionnel (dans l’acception Nick Drake du terme) sur The Old.

Donc si The Feather poursuit les inclinations mélodiques filandreuses de Dan San, Yew en explore les aspects plus rythmés et puissants. On se rend compte que c’est le mélange des deux qui fait la force de frappe supérieure de la formation de base. Mais tout amateur d’une des formations citées se doit de découvrir Yew.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)

  • Jawhar - Tasweerah

    Un Nick Drake des sables, c’est ainsi qu’on nous l’avait présenté, c’est ainsi qu’on l’avait aimé. Mais Jawhar est un artiste, de ceux qui rechignent à se cantonner à un procédé, aussi riche soit-il. Et ce quatrième album s’éloigne sensiblement de cette référence de base. Pas par caprice, c’est tout simplement un effet secondaire de son évolution.
    L’emploi de la langue arabe est toujours un marqueur fort de la musique du Belgo-Tunisien. Evidemment l’anglais ne peut que fonctionner vu les genres pratiqués (Born (...)