Accueil > Musique > 2005 > Electric Six : Señor Smoke

Electric Six : Señor Smoke

mercredi 16 août 2006, par Marc


L’écoute de l’album précédent ne m’encourageait pas vraiment. Un rock gras sauvé ça et là par des moments de grâce synthétiques mais trop rares pour convaincre. Et puis vint cette reprise de Queen. Si je suis de la génération qui découvrit un pan du rock ’n roll un jour d’avril 1992 pour l’hommage à Freddy Mercury au stade de Wembley, je suis aussi de celle qui s’est rendu compte que bon, très peu de ce prêchi-prêcha passéiste était vraiment écoutable. Et puis Radio Gaga n’est vraiment pas un chef d’oeuvre en soi (je veux dire au premier degré). Alors, où veulent-ils en venir ? Un revival rock poisseux pour faire râler The Darkness ?

Le vocabulaire du rock ’classique’ (celui qui était révolutionnaire il y a quarante ans et qu’écoutent ceux qui pensent que c’était mieux avant), les clichés qui foisonnent, parfois démentis par un clavier plus moderne, le second degré (on entend du ’backstreet’s back allright’ si on tend l’oreille), la voix heavy rendront l’écoute possible au public de Marc Isaye.

Un Dance epidemic surprend comme un chanteur d’Aérosmith tombé dans une discothèque (même ça n’est pas très neuf, ça a 19 ans de retard sur Run DMC...) mais le refrain est définitivement trop crétin (mais assumé comme tel je suppose). Les autres tentatives de son plus ’rond’ (Vibrator, Bite me) n’allègent même pas le propos.

Pas convaincu ? Non, parce que ce disque ne m’est pas destiné tout simplement. Trop complaisant pour goûter au second degré et pas assez bon intrinsèquement pour séduire au premier. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • The Poison Arrows - War Regards

    Un lapsus peut vous propulser dans l’actualité. Un émail signé War Regards à la place du Warm Regards donne à cet album du groupe de Chicago un air de prémonition inévitable.
    Il est étrange de pénétrer l’univers d’un groupe à travers des remixes. Ceux-ci ayant plu, il semblait logique de reprendre le fil de leur discographie. On découvre en tout cas une musique dénuée de l’électronique des remixes, au profit d’un rock alternatif ’canal historique’, tortueux juste ce qu’il faut pour ne pas être plat. Le noise (...)

  • Foo fighters - Wasting Light

    Sortie du désert.
    Bien que n’ayant pas écouté un album entier des Foo Fighters depuis quelques années, je dois bien avouer avoir une certaine sympathie pour Dave Grohl. Ce mec est cool, point barre. De clips décalés en prestations explosives, en passant par des interviews dans lesquelles le côté relax du bonhomme transpire, Dave s’est construit un des plus gros capital sympathie du monde du rock. Et pas seulement auprès des fans, mais également dans la profession, ce qui lui permet entre autre (...)

  • Okkervil River - I’m Very Far

    Loin loin
    On aimerait ne pas en déduire une tendance de l’année, ne pas sombrer dans la sinistrose et se dire que ce n’est pas une fatalité de livrer des albums en 2011 qui sont inférieurs à leu prédécesseurs. Heureusement, il y a The Antlers et Fleet Foxes qui viendront contredire cette assertion que vient confirmer Okkervil River. Il faut parfois plein de mots pour dire que I’m Very Far est moins bon que ce qu’on connaissait d’eux. Pour ma part, ce sont surtout les deux dernières productions que je (...)

  • Séance de rattrapage n°1 - Rock

    Pour s’enfiler quelque chose d’un peu plus digeste le week-end, revenons sur quelques disques dont on n’a pas trouvé l’occasion de parler en long et en large. Du coup, autant en parler vite et bien, comme ça vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous aura pas prévenus... Pour inaugurer cette séquence à suivre, une première salve de 10 albums rock avec ou sans supplément d’âme : à boire et à manger pour petits et grands, de 7 à 77 ans.
    Bell X1 – Bloodless Coup
    Déjà cinq albums au compteur pour les Irlandais ? (...)