Accueil > Critiques > 2018

Jamie Stewart - An Aggressive, Chain Smoking Alcoholic

mercredi 9 mai 2018, par marc


On pouvait raisonnablement se demander ce qui pousse un artiste comme Jamie Stewart à se lancer dans un exercice solo. En effet, Xiu Xiu est sa chose et ce projet cher à nos cœurs n’a jamais renoncé à des changements de style. Apparemment, il y avait tout de même des contraintes et une attente qui ne collaient pas avec la volonté de liberté totale de Jamie Stewart. Quand on écoute cet album, on comprend mieux la démarche tant le résultat s’éloigne d’un format ‘chanson’, ce terme étant tellement peu approprié de toute façon.

Stewart est un des rares artistes contemporains à distiller une notion de danger. On se promène dans les albums de Xiu Xiu comme on explore une maison hantée, un peu sur ses gardes et la lampe de poche aux aguets. Ce n’est pas cette sortie-ci qui va changer la donne, puisque le contenu est intégralement instrumental et anxiogène. Difficile à décrire dans l’aspect mais très clairement tendu dans le résultat. Cet album sorti pour le jour des disquaires sur le nouveau label pinyon (qui revendique ‘born out of a love for music that sounds wrong, or at least is on the wrong side of right’) et produit par Lawrence English (plutôt versé sur les installations sonores d’art contemporain).

N’abusant pas de distorsion et ne présentant que peu de beats, ces morceaux ne prennent pas l’auditeur dans le sens du poil sans pour autant mettre ses nerfs à rude épreuve. On n’entendra pas la voix affectée et tellement particulière de Jamie ici et bon, on ne conseillera cet album qu’aux oreilles curieuses et pas impressionnables.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)