Accueil > Musique > 2018 > The Defigureheads - Chaos and Cosmos

The Defigureheads - Chaos and Cosmos

lundi 14 mai 2018, par Marc


Si les noms de groupe issus de chansons célèbres sont légion (de dEUS à Radiohead en passant par Sisters of Mercy), je ne parierais pas que The Defigureheads fasse référence au légendaire album de The Cure. Parce que le genre pratiqué est un rock très teinté par les années ’70. Donc ce n’est l’originalité qui prime mais la compétence et la passion. Et sur ces deux fronts, le trio français répond à l’attente.

Dans le genre, on s’est habitués au versant psychédélique et stoner du genre et ce n’est pas l’orientation prise par ce premier album (un EP existe). A la place on retrouve occasionnellement une inclination à la limite du Heavy Metal sur Like A Zombie avec son chouette chorus. Car non, il n’est pas envisageable d’appréhender ce genre de musique sans solos bien sentis. Ils peuvent aussi se faire plus free (Schrodinger’s Cat). Evidemment il faut que ça balance, ce qui est le cas sur Rock ‘n Roll Babe, preuve d’une section rythmique bien au point. Ils manipulent bien les changements de braquet (Misery) en tous cas.

Cette énergie n’est pas débridée et ils n’hésitent pas à ralentir le tempo pour faire monter la sauce sur Ten Minutes (qui fait 6’ 26’’, quelle arnaque…). Ce morceau instrumental est une belle preuve de leur maîtrise et cette pièce variée est mon moment préféré. Ce mélange de guitare libre et de rythmique faussement placide fonctionne très bien en tous cas et le morceau plus direct qui lui succède bénéficie ainsi d’une belle rampe de lancement.

Bon, on passera rapidement sur le léger accent frenchie qui n’est pas plus perturbant que ça et permet de bien comprendre des paroles volontiers amusantes. La voix s’époumone en de nombreuses reprises, ce qui laisse deviner des prestations scéniques engagées.

Amateurs de rock classique bien balancé, voici de quoi faire. N’étant pas un fanatique du genre, je peux dire qu’une dose d’énergie pareille est revigorante de temps à autre. Le rock ne mourra pas parce qu’ils sont nombreux à attiser la flamme et ces Français font partie du contingent.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Piles - Una Volta

    Il y a des noms qui n’évoquent guère avant qu’on ne les croise dans des projets emballants à très courts intervalles. Ce projet à trois batteurs, Guigou Chevenier, Michel Deltruc et Anthony Laguerre se place en effet dans le sillage du Club Cactus dont on vous a parlé récemment. D’autant plus que le dernier nommé est membre des deux formations et de Filiamotsa. Mais à l’inverse des deux autres groupes, il n’y a pas d’invités vocaux au programme. Il y a bien quelques extraits sonores sur Materials in Us (...)

  • Björk - Biophilia

    J’aime, j’aime la vie
    Dans la musique de Björk, il a toujours été question de recherche : la quête d’un équilibre parfait entre sa soif d’explorations sonores et son profond enracinement pop. Comme les deux facettes d’une personnalité schizophrène, tantôt la chanteuse a-t-elle gardé les pieds sur terre, tantôt s’est-elle laissé dominer par ses délires visionnaires. Et si sa discographie, toujours exigeante, est à peu près exempte de reproches, l’équilibre a rarement été atteint. “Debut” et “Post” : trop (...)

  • Blanck Mass - Blanck Mass

    Dans « abscons », il y a « abs »
    Soyons fou et allons loin dans l’intime. Juste entre nous, j’ai un aveu à vous faire, un gros défaut à confesser : j’ai horreur d’attendre. Faire la file, tout ça... pouah ! Très peu pour moi : c’en est maladif. Vous allez me dire que dans le domaine de la production musicale, il faut justement savoir se montrer patient : sentir poindre l’excitation en attendant la sortie d’un nouveau disque, laisser à un artiste le temps de mûrir, donner la chance à un album de nous (...)

  • Séance de rattrapage n°7 - Atmosphérique

    Pour s’enfiler quelque chose d’un peu plus digeste le week-end, revenons sur quelques disques dont on n’a pas trouvé l’occasion de parler en long et en large. Du coup, autant en parler vite et bien, comme ça vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous aura pas prévenus... Cette semaine, voici dix albums pour se balader dans le pur éther, entre pop atmosphérique et errements progressifs, pour décrocher la lune et plus si affinités.
    Braids – Native Speaker Qu’attendre d’un groupe qui s’est affublé du nom (...)