Accueil > Musique > 2005 > Ellen Allien : Thrills

Ellen Allien : Thrills

mercredi 16 août 2006, par Marc


C’est une tendance lourde des DJ’s célèbres proposant des albums : au lieu de systématiquement rechercher la bombe de dancefloor, ils explorent des paysages plus variés. C’est le cas de Laurent Garnier, Miss Kittin, de CJ Bolland dans Magnus (un peu moins pour Vitalic par exemple).

De la part d’une Djette berlinoise, on attend un album plutôt ’dur’ et le premier morceau, le très réussi ’Come’ dissipe les doutes. Les couches de musique qui viennent s’accumuler sont parfaitement distillées, on n’est pas dans une démo de programme de musique sur ordinateur.

C’est donc avec une certaine curiosité qu’on attend le reste. On peut d’ailleurs l’attendre un peu plus longtemps, tant plusieurs écoutes sont requises pour pleinement apprécier la subtilité de cette musique électronique qui peut se révéler tantôt sensuelle (Your body is my body), tantôt plus froide paradoxalement par l’apport de voix désincarnées comme c’est la norme dans ce genre de musique (si les voix sont peu retravaillées on est dans la dance la plus élémentaire). Les influences de Ellen Allien (chouette pseudo au passage) sont parfois clairement eighties (Naked rain) mais aussi plus anciennes avec cette évocation très Kraftwerk de l’intro de Down (qui termine dans une house qui personnellement me touche moins).

Ce qui séduit aussi, c’est la variété des climats installés. Tout le monde un tant soit peu curieux y trouvera son compte. Les amateurs de musique plus ample et démonstrative apprécieront Washing machine is speaking. C’est vers les morceaux qui m’évoquent le plus l’Underworld de A hundred days off (Ghost train, Cloud city) que je me dirige le plus volontiers. A noter que certains titres peuvent rappeler les recherches de The future sound of London (She is with me) en leur temps. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)