Accueil > Musique > 2018 > One Horse Land - Interesting Times

One Horse Land - Interesting Times

vendredi 25 mai 2018, par Marc


Finalement, après près de quinze ans de critiques musicales, je connais remarquablement peu d’artistes, et les rares que je puisse saluer sont souvent rencontrées en dehors de ce hobby. Tout ça pour dire que je connais de très loin les protagonistes dans la vraie vie et que c’est assez inhabituel pour moi. La bonne nouvelle, c’est que je ne devrai pas détourner le regard ou la conversation si je les croise par hasard parce que ce qu’on entend sur le second album de la formation bruxelloise m’a plu.

Typiquement dans la ligne éditoriale de ce site (qui se confond depuis plusieurs années avec les goûts personnels de votre dévoué serviteur), One Horse Land livre de la musique folk sans artifice, un peu mélancolique pour que ce soit bon. C’est une musique qu’il faut laisser venir. Elle ne s’échappera jamais mais ne fait pas d’appuyés appels du pied. Par exemple, les boiseries du premier morceau semblent volontairement discrètes. Leur richesse est sous-jacente et jamais clinquante.

Dans le large spectre folk ils se situent entre la facilité et la légèreté d’un Cocoon en moins poppy (Everyone, O How Lucky) et l’ampleur baroque d’un River Whyless (pas la référence la plus parlante, j’en suis conscient). Des premiers ils ont une certaine facilité (Lost and Found), des seconds une expansivité qui s’incarne dans la plus progressive plage titulaire. C’est en effet la bonne nouvelle, on sort nettement du cadre d’une musique pastorale pour plus d’ampleur et d’espace. Ce qui nous vaut au passage un très beau Only Child dont l’intensité réclame un peu d’abandon pour percoler. C’est le prix à payer pour cette belle sobriété jamais morose. Haut la main le moment fort de cet album en tous cas. Entre les deux, il y a de la place pour le très dépouillé Somehow qui montre leur maitrise du picking.

C’est la basse qui structure la plage titulaire et elle sert aussi de lancement à un chorus qui monte en spirale. C’est un des grands moments de l’album et a aussi été la base de l’étonnant projet Cover of the future où plusieurs groupes (tous inconnus de mon bataillon) ont reçu les partitions du morceau avant sa sortie. Disponible sur K7, une préciosité malheureusement en vogue (on attend de pied ferme le retour en force de la DAT), le résultat montre une belle diversité et est de fort bonne tenue. Ce qui témoigne en tous cas d’une volonté de trouver de l’amusement et de l’excitation dans le processus de création.

Bon, on a pris l’habitude de voir venir ce genre de groupe de Portland, Oregon ou du Canada. Sans se profiler en suiveurs d’aucune mode, la formation bruxelloise sait distiller ses charmes à tout qui viendra vers eux. Entre facilité pop et ampleur maitrisée, ils sont une découverte à faire pour ceux qui ont l’habitude de prendre des conseils sur ce site.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)