Accueil > Musique > 2005 > Engineers : Engineers

Engineers : Engineers

mercredi 16 août 2006, par Marc


Des ingénieurs qui font de la musique ? La belle affaire, j’en connais déjà un petit paquet. Ce qui fascine immédiatement, c’est la capacité de retenue de ces gens (d’où le nom ?). En effet, on se situe quelque part entre les morceaux les plus calmes de Mercury rev et Ride (Carnival of lights au ralenti). Les Engineers vous prennent dans la toile de leurs mélodies susurrées et de leurs arrangements cotonneux mais pas mielleux. C’est donc typiquement la musique du lendemain de veille arrosée. Respectez cette posologie ou l’apoplexie guettera les plus nerveux.

Le chant est volontairement en retrait et évoque, outre les deux incontournables références précitées, des inflexions à la Damon Albarn (New Horizons) ou encore Eliott Smith (One in seven).

Bien normalement, c’est quand on sort de la torpeur que ça devient intéressant. L’intensité monte alors d’un cran (Come in out to the rain, le beau final de One in seven, How do you say goodbye) on passe alors plutôt dans les influences du mouvement ’shoegazer’ (littéralement ’mateur de chaussures’ pour situer le degré de fierté de la chose) à la My bloody Valentine, voire Blue aeroplanes ou Flying saucer attack pour les amateurs de références plus obscures.

Une musique à la fois hors mode, hors du temps, qui pourrait nous plonger 12-13 ans en arrière cependant.

L’album est trop uniforme dans sa présentation, qui nécessite une oreille vraiment attentive pour en déceler toute la subtilité et n’atteint une vraie intensité qu’en de très rares moments. Les Engineers sont pour vous si vous pensez que Eliott Smith c’était bien mais trop énervé et si Ride ne vous plait que quand ils n’osent pas réveiller les voisins en montant les amplis. Une fois l’album fini, on se rend compte qu’on n’a rien mémorisé. Mais on est prêt à aller prendre un bain avec plein de mousse (si on ne dort pas, du moins). (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • The Missing Season - After Hours

    Sourions sous la pluie
    En cette époque de pléthore de sorties, le label reste un repère, un encouragement dont on a besoin comme impulsion. Le quintette rennais sort ainsi son album sur My Little Cab Records et c’est un gage de qualité quand comme nous on a aimé Boy & The Echo Choir, My Name Is Nobody ou Aetherlone très récemment.
    Apparemment, le groupe a commencé en tant que duo de musique folk, ce qui transparait un peu dans l’importance des mélodies et dans les voix jamais masquées par la (...)

  • Ventura - Ultima Necat

    Le charme de la lourdeur
    La musique forte, j’en écoute fort peu. Le rock suisse, ce n’est pas non plus ma spécialité. Mais l’occasion aidant, j’apprécie d’autant mieux cette dose forte et subtile. C’est malin, j’aime beaucoup mais les comparaisons, le vocabulaire me manquent pour faire plus que vous le conseiller. On va donc essayer de se débrouiller..
    Comme beaucoup d’âmes sensibles, je peux supporter une forte dose de bruit si le chant n’est pas un cri. Vous aurez compris que ces morceaux sont (...)

  • Le « D » de l’ipoD

    Rattrapage hors-série
    Bon ben on y est là : l’année 2011 touche vraiment à sa fin et ça va très prochainement être l’heure des bilans, presque une fin en soi quand on a envie de se nettoyer la tête et de ne retenir, en vue d’un plus lointain avenir, que ce qui aura été digne des plus vives attentions. Histoire d’activer la liquidation des stocks disponibles, je voulais toucher un mot rapide sur cinq albums dont je n’ai jamais trouvé l’occasion de parler et qui, par un curieux hasard, se retrouvent tous (...)

  • Tennis - Cape Dory

    Pas gagné
    Étant entendu que mes goûts tendent à diverger largement de ceux de notre lectorat cible, établis après trois études de marché et une campagne promotionnelle en béton armé, il va de soi que le premier album des Américains de Tennis risque de faire des émules dont je tiens à m’excuser d’avance de ne pas faire partie. Histoire d’éviter de vous faire perdre votre temps et le mien par la même occasion, je tâcherai de vous énumérer brièvement les raisons pour lesquelles je ne les classerai pas à l’ATP. (...)