Accueil > Musique > 2018 > Shearwater - Rook (mostly) solo in London, 2018

Shearwater - Rook (mostly) solo in London, 2018

mardi 7 août 2018, par Marc


On ne peut pas vraiment dire que Jonathan Meiburg soit quelqu’un de vénal. Il a même dû faire appel à l’équipe pour boucler la tournée des excellents Loma. Donc, s’il multiplie les sorties, ce n’est pas pour occuper le terrain. De plus, les bénéfices des ventes (en numérique et sur Bandcamp exclusivement) iront à l’International Rescue Committee qui soutient et défend les réfugiés partout dans le monde. A priori, cet enregistrement acoustique de l’album Rook (dix ans déjà pour cette merveille) par Jonathan Meiburg chez un particulier londonien n’était pas destiné à la parution.

Une version acoustique de Rooks (le morceau), c’est évidemment un grand cadeau. Pour l’anecdote, on peut comparer ceci aux versions récentes qui en sont faites. Elles montrent l’immense potentiel du morceau, ce dont on n’a du reste jamais douté, vu le nombre de versions live entendues et la très belle version demo disponible sur Missing Islands (une des rares sorties du groupe à ne pas avoir été relatée ici).

Bon, c’est un album avec The Snow Leopard (morceau important pour votre humble serviteur) dedans, donc mérite le détour. Ces versions plus dépouillées ne semblent pas manquer de quoi que ce soit, même si on sait que l’aspect épique de morceaux comme Home life ne peut être précisément rendu. Century Eye est forcément moins percutant que l’original mais on se rend compte aussi que les compositions sont solides et ne tiennent pas que par la force de la production ou de l’intensité d’interprétation. Certes, les éruptions d’On The Death Of The Waters ne sont forcément pas là, remplacées par un piano bien senti mais qui dépasse visiblement les capacités de l’enregistrement. Ce piano fera friturer le son en plusieurs occasions, sachez-le. Il chante très haut, chose qu’il ne fait plus à ce point et semble exagérée sur certains morceaux comme Lost Boys.

Il rappelle qu’il est ornithologue par un long enregistrement de chants d’oiseaux. En clôture d’un album acoustique pareil, c’est particulièrement pertinent.

Il se peut que vous ne connaissiez pas encore Rook. Dans ce cas, je vous envie un peu de pouvoir le découvrir mais cet album n’est pas une priorité pour vous, le ‘vrai’ album doit être le sujet de votre attention immédiate. Pour ceux qui ont déjà porté cet album à leur pinacle personnel, cette session acoustique imparfaite et à la magrittesque vient rappeler de bons souvenirs, indiquer qu’on l’adore depuis dix ans et montre une face plus intime de Jonathan Meiburg qui nous a franchement manqué sur les dernières sorties de son groupe.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Angrusori - Live at Tou

    Quelle est la chance d’un cocktail dont vous n’êtes pas fans des ingrédients vous plaise ? Elle n’est pas énorme peut-être mais elle n’est pas mince non plus, et c’est dans cet interstice que s’est glissé cet album d’Angrusori. Il se propose en effet de partir d’un corpus de musique traditionnelle rom slovaque revu par le filtre d’un ensemble contemporain norvégien.
    Si cette association semble étrange sur le papier, elle est d’une très grande cohérence dans les faits. Le chant est évidemment traditionnel (...)

  • The National - Boxer Live In Brussels

    Quand une critique tarde, ce n’est pas trop grave, l’album a une certaine durée de vie et la disparition presque complète de ce qu’on a appelé la blogosphère musicale rend encore moins impérieux le besoin de publier vite. Si on essaie de se conformer tant bien que mal au calendrier des sorties, on n’y colle pas au jour près. Par contre, une fois passé le lendemain d’un concert, on estime que c’est trop tard. C’est pour ça que vous n’avez pas eu droit au compte-rendu de la prestation de The National à (...)

  • Shearwater - The Sky Is A Blank Screen

    S’il est une chose qu’on ne pourra pas reprocher à Shearwater, c’est celle de ne pas occuper le terrain. Depuis leur album Jet Plane and Oxbow de l’an passé, on a en effet eu droit à deux sorties virtuelles d’anciens concerts et une reprise intégrale du Lodger de David Bowie. Et maintenant sort ce live qui témoigne de la pertinence de leurs prestations publiques. Espérons que cette politique soit payante et leur offre la visibilité qu’ils méritent.
    Shearwater en concert, on peut dire qu’on sait ce que (...)

  • Will Butler - Friday Night

    Sans doute pour échapper aux stades auxquels Arcade Fire se destine, Will Butler décide de défendre son album sorti l’an passé en investissant des clubs pour un show qui repose en grande partie sur la connivence avec le public. Le résultat a évidemment un gros potentiel d’amusement qu’Arcade Fire n’a plus. La preuve par ce Friday Night qui est une captation live d’une performance du turbulent petit frère de Win, l’inamovible leader avec sa femme Régine Chassagne du désormais hénaurme groupe de (...)