Accueil > Musique > 2018 > Holy Esque - Television/Sweet

Holy Esque - Television/Sweet

lundi 13 août 2018, par Marc


Le souffle est une qualité qu’il est difficile d’objectiver. Il est malheureusement aussi assez fugace, les formations qui l’ont voulant parfois souffler trop fort (Of Monsters and Men, Broken Records) ou perdre leur mojo en route (Arcade Fire, Coldplay). C’est pour ça que ce second album d’Holy Esque nous est resté sympathique.

Du premier album paru il y a deux ans, on n’avait guère retenu que le percutant single Rose. Autant le dire tout de suite, on n’a pas ce genre de morceau capable de mettre tout le monde d’accord. Mais ils compensent par une belle constance.

On vous prévient, la façon de chanter de Pat Hynes est bien particulière, entre vibrato et d’autres affectations un peu compliquées à déterminer. Mais une fois la surprise passée, on s’y fait et on se prend même à penser que c’est non seulement un marqueur mais un point fort. Etrangement, c’est quand le morceau est le plus rapide que l’effet est le meilleur (Filth or Passion, Image of Man). Mais tout n’est pas abordé avec le doigt dans la prise, il y a aussi de spleen plus lent sur Television_Sweet.

Sur le lumineux et dark House of Hounds, le mélange chaud/froid fonctionne en plein pour un résultat plutôt euphorisant, comme peut l’être la combinaison de l’énergie et de la mélancolie. Et bon, on aime quand ça tape sans être metal sur I Am The Truth ou les entêtants riffs de Modern Tones.

On l’avoue, on ne se lasse pas de retrouver des touches ‘dark’ à toutes les sauces. Ce sont des sons de synthés pas trop mis en avant, constitutifs de leur gros son. Et comme la voix est un marqueur fort, on peut apprécier cette lourdeur qu’on avait découverte sur l’indémodable Disintegration de The Cure sans avoir à se soucier d’une ressemblance trop flagrante. C’est le même plaisir que certains Clap Your Hands Say Yeah d’ailleurs.

Dans une musique pareille mêlant des choses connues par ailleurs, c’est la puissance qui fait la différence. Il y a ici cette patate, ce souffle donc qui ne les quitte pas tout au long de cet album et c’est pourquoi cette pépite cold et ronde a accompagné notre canicule.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)

  • A Place To Bury Strangers – See Through You

    Comme Animal Collective, A Place To Bury Strangers nous indique que la musique est la rencontre de morceaux et d’un son. Ces morceaux pourraient être traités de façon binaire et être du punk ou du post-punk de consommation courante mais leur traitement en fait autre chose. Alors que toutes les musiques très typées ont tendance à uniformiser leurs représentants, ils ont toujours eu cette propension à se distinguer. Et on a suivi le cours de leur discographie depuis les débuts, même si on a (...)

  • Motorama - Before The Road

    Mine de rien, les Russes de Motorama sont arrivés à trouver un style bien personnel, même si les composantes peuvent se retrouver par ailleurs. On l’avoue, la tentation de reprendre intégralement la critique de Many Nights et de mettre à jour quelques titres de morceaux a été grande. Mais si l’honnêteté nous pousse à réécrire un article, on se doit aussi de préciser que ce qui en a été dit à l’époque s’applique toujours.
    Non, ce n’est pas encore solaire, mais leur façon de distiller de la mélancolie sans (...)

  • I LIKE TRAINS - KOMPROMAT

    Si vous voulez la version courte, ce cinquième album d’I LIKE TRAINS est un des plus percutants de l’année, et ça s’écoute en dessous de l’article. Si vous voulez un peu plus de détail, on peut commencer par un rappel des faits.
    On avait craqué tout de suite pour le groupe de Leeds, pour ce mélange de sons et structures post-rock utilisés dans des morceaux qui reposaient aussi sur la voix de baryton de David Martin. Il y avait ce sens du paroxysme qui vrillait l’âme au casque ou en concert. Il y avait (...)