Accueil > Musique > 2018 > Indridi - Ding Ding

Indridi - Ding Ding

lundi 3 septembre 2018, par Marc


Islande est terre de paysages somptueux (sur photos, faute de m’y être rendu en vrai) et d’artistes intenses et singuliers. On le sait, ça se confirme. Issu de la formation punk-hardcore Muck (inconnue de mon bataillon), Indridi se profile en effet comme le prolongateur d’une belle lignée. De deux lignées, si on veut aussi l’inclure dans une informelle école récente qui mêle la simplicité des compositions d’influence folk et un certain goût de l’intensité sonore.

La première inclinaison se retrouve ici dès le premier morceau qui commence en picking délicat. On retrouvera cette veine sur les morceaux les plus dépouillés comme Amy, Summermania ou Hvorteder chanté dans sa langue natale (Haloween semble chanté en Islandais). On nous cite Bonnie ’Prince’ Billy ou Sun Kil Moon. Je veux bien comprendre la filiation mais ce ne sont pas les amateurs de folk épuré qui seront le plus à la fête ici.

Parce que ces morceaux peuvent aussi prendre de l’ampleur comme Amma qui entame cet album. On pense alors à ce que font des artistes comme Ed Tulett ou Novo Amor ensemble ou séparément. Mais si ces derniers privilégient la délicatesse et l’apesanteur, Indridi pousse le curseur soit vers plus de dépouillement (quelques notes de clavier suffisent parfois) ou même plus de bruit, le fuzz étant de sortie sur le second morceau et les arpèges électriques zébrant le très beau Tinder. On retrouve sur ce morceau et d’autres (ADHD) la sombre tension qu’on avait tant aimée, jadis, sur le premier album de Joseph Arthur.

Il existe maintenant toute une série d’artistes qui arrivent à mêler la délicatesse acoustique et une certaine force électronique ou électrique. Le mélange semble tellement compliqué à réaliser et est gratifiant à chaque fois. Donc, au-delà des esprits curieux, c’est surtout aux amateurs de belles choses qu’on conseillera Indridi. Dans un monde idéal, ça fait beaucoup de monde.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)

  • Jawhar - Tasweerah

    Un Nick Drake des sables, c’est ainsi qu’on nous l’avait présenté, c’est ainsi qu’on l’avait aimé. Mais Jawhar est un artiste, de ceux qui rechignent à se cantonner à un procédé, aussi riche soit-il. Et ce quatrième album s’éloigne sensiblement de cette référence de base. Pas par caprice, c’est tout simplement un effet secondaire de son évolution.
    L’emploi de la langue arabe est toujours un marqueur fort de la musique du Belgo-Tunisien. Evidemment l’anglais ne peut que fonctionner vu les genres pratiqués (Born (...)