Accueil > Musique > 2018 > Devotchka - This Night Falls Forever

Devotchka - This Night Falls Forever

mercredi 5 septembre 2018, par Marc


Sympathie, voilà ce qu’a inspiré tout de suite Devotchka. Et elle ne s’est jamais étiolée, ce qui est une belle performance alors que bon, le contexte n’est plus vraiment en leur faveur. On ne peut pas dire que des formations comme Beirut ou Calexico représentent la tendance la plus visible du marché. Mais loin de sembler démodée, la formation de Denver a su maintenir sa spécificité dans un genre qui semblait bien balisé. Et puis comme pour Yann Tiersen, il y a eu une exposition filmique. Ce fut l’excellent Little Miss Sunshine qui leur a servi de carte de visite. Depuis, plutôt que de miser sur une hype qui pourrait s’essouffler, ils ont créé des musiques pour la TV, des films ou des ballets. Ce This Night Falls Forever est donc leur premier album studio depuis 2011.

Evidemment, la voix particulière de Nick Urata est toujours là, unique, un peu déroutante peut-être pour celui qui la découvre. Quand elle monte, elle se fait plus aiguë, Un peu comme celles de Jean-Jacques Goldman et Gérard Jugnot au début de leurs carrières, voilà…

Le single Straight Shot est ensoleillé comme il faut mais sans cuivres (ils viendront plus tard), ce qui les distingue d’une formation comme Calexico. On imagine d’ailleurs que les auditoires des deux formations est assez identique, avec ici un allant qui nous avait manqué sur le par ailleurs très agréable dernier Calexico (non critiqué par nos soins d’ailleurs). Leur mélange de cuivres et de cordes est toujours très intégré dans leur son, l’exception symphonique étant ce très bon live.

A l’inverse d’une chaine dont la solidité est conditionnée au plus faible de ses maillons, il convient de mesurer un album à ses hauts faits plutôt qu’à ses moments plus faibles. Notons d’emblée que ces derniers ne sont pratiquement pas là mais que leur style reconnaissable s’incarne mieux dans certains morceaux que dans d’autres.

Lose You In The Crowd. Voilà ce qu’on était venus chercher, une émotion supérieure induite par ce qu’on connait déjà (roulement de batterie, changements progressifs de braquet…) mais dont on voit mal se lasser. On écoute encore énormément All The Sand In All The Sea, donc il y a encore de la place. Et on ajoute ça à ce qu’on a beaucoup aimé en 2018… Ils ont aussi une autre façon de faire mouche sur Empty Vessels, un rien plus sombre et directe. On préfère ces morceaux plus francs du collier comme My Little Despot ou leur americana goth d’ampleur sur Break Up Song.

Moins subtils sans doute que la bande de Will Sheff, on pourrait les rapprocher d’Okkervil River. Bref, ils font définitivement partie de ce pan de la musique indépendante américaine qu’on révère ici. On n’attendait d’eux qu’une série de morceaux pour ne pas tiédir notre attachement et les fulgurances qu’on gardera longtemps. Mission accomplie.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)