Accueil > Musique > 2018 > Metric - The Art of Doubt

Metric - The Art of Doubt

mercredi 10 octobre 2018, par Marc


Entre deux albums studio de Metric, il y a souvent de quoi patienter. Depuis leur dernier Pagans In Vegas on a en effet eu droit à un live à Vancouver de fort bonne facture et surtout le second album solo d’Emily Haines, aussi recommandable que le premier. Si on ajoute les sorties de Broken Social Scene, il n’est pas compliqué de définir que ce sont des gens bien occupés.

La principale question qu’on peut se poser à la découverte d’un nouveau Metric, c’est de savoir où sera placé le curseur entre synthés et guitares. Et on ne sera pas longs à le découvrir, ce sont les six-cordes qui vont tenir le premier plan. Elles sont de sortie dès Dark Saturday. Le ton est donc un peu plus dur, réservant leur aspect plus synthétique toujours présent aux morceaux plus doux, ce qui les fait ressembler à leurs amis de Stars (Anticipate, No Line On the Horizon).

Les deux façons cohabitent cependant en plusieurs occasions, Die Happy ou Now or Never Now combinant les deux pour un effet réussi. Mais cette puissance permet surtout de bien belles choses comme le riff mélancolique de la plage titulaire qui se profile comme un de leurs meilleurs, la belle fin dense de Seven Rules, genre de slow qui tache et touche ou encore l’adrénaline des accords mineurs de Risk. Autre bénéfice, leurs morceaux moins marquants restent saignants (Love You Back) ou peuvent bien se relancer (Underline The Black).

Dressed To Suppress n’avait pas plus impressionné plus que ça en tant que single. Sans doute manquait-il du contexte de l’album. Il prend ici une autre dimension et semble plus fouillé. Sans doute manque-il de l’immédiateté nécessaire à un single percutant tout en restant un bien bon morceau. Et puis Emily Haines sait éructer et c’est un atout certain ici.

Metric avait déjà établi son étalon de musique un peu synthétique, il vient sans doute d’établir celui de sa catégorie ‘rock’. Plus brut et guitares en avant, il garde les qualités du groupe canadien (la voix et la personnalité d’Emily Haines, une certaine mélancolie) et tente et réussit le passage en force.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Destroyer - Labyrinthitis

    On ne se lassera pas de L’équilibre entre les découvertes continuelles (oui, envoyez plein de choses) et les retours réguliers d’artistes appréciés. Le premier volet s’auto-alimente presque miraculeusement, le second volet est déjà bien fourni cette année.
    Le rock s’est bâti sur un mythe de jeunesse et chaque vague qui est venu après les origines (Punk, grunge, indie...) a prolongé cet état d’esprit. Quand un rock ’adulte’ a émergé, appelé AOR, c’était aussi un repoussoir, une union contre nature qui il (...)

  • Spencer Krug - Fading Graffiti

    Un premier album solo de Spencer Krug sous son nom propre. C’est étrange que ce soit la première fois. Parce qu’on le connaît depuis longtemps, qu’on relaie la bonne parole du Canadien sous toutes ses incarnations avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lakeet Moonface, avec ou sans Siinai. Avec les concerts, ce sont 19 articles sur ce site. Bref, Spencer est une vieille et très chère connaissance.
    On est donc en terrain connu même si ce qu’on entend sur ce Fading Graffiti n’est pas identique à (...)

  • Islands - Islomania

    Peu de groupes ont su se forger une place privilégiée dans nos oreilles comme Islands. On a accroché tout de suite le wagon, dès leur premier album, sans connaître les Unicorns. Outre la bonne surprise de leur retour inespéré, il y a eu cette magie du bon album écouté au bon moment. Cet état de grâce n’a pas été constaté à chaque fois mais il a bien eu lieu.
    La formation canadienne a toujours su imposer une coloration à chaque album sans jamais se dénaturer, au point de pouvoir livrer simultanément deux (...)